Grenoble construit l’habitat 100% autonome du futur

Grenoble construit l’habitat 100% autonome du futur

DirectLCI
LOGEMENT – La Ville s’est associé au groupe de BTP Bouygues construction pour bâtir un immeuble d’habitation autonome en énergie. Ce prototype sera conçu en partenariat avec les centres de recherches de la ville.

Mieux que le BBC (Bâtiment basse consommation), Bouygues construction veut inventer à Grenoble l’ABC (pour Autonomous Building for citizens, bâtiment autonome pour les citoyens). Le groupe a signé ce mercredi une convention avec la Ville prévoyant la construction d’un immeuble d’habitation économe et visant à l’autonomie en énergies et en eau, dans le quartier de la Presqu’île. 

Grâce aux toitures inversées et aux récupérateurs d’eau de pluie, les habitants économiseront près de 40% d’eau. Les éoliennes, les panneaux solaires et le biogaz produit grâce aux ordures ménagères permettront au bâtiment d’être autonome en électricité. Il ne sera d’ailleurs même pas relié aux réseaux d’énergie de la ville. Ses 90 logements locatifs (dont 30% de logements sociaux) devraient également partager un certain nombre de services, comme des jardins d’étage ou une laverie.

Concentré de technologies

Conçu comme un prototype, ce "démonstrateur" bénéficie d’un partenariat entre la ville, les universités et centres de recherche installés à Grenoble et le groupe de construction. "Nous voulons tisser des collaborations avec l’ensemble des acteurs de la ville. C’est pour cette diversité que nous avons choisi Grenoble", explique à metronews Yves Gabriel, PDG de Bouygues construction. Un protocole a, par exemple, été signé avec le Centre à l’énergie atomique pour développer des piles à hydrogène afin de stocker l’énergie produite dans le bâtiment. Les architectes se penchent également sur les matériaux innovants.

Tous espèrent rendre ce concentré de technologies productible à grande échelle et exportable à l’international. "Nous souhaitons faire de ce projet un exemple, une référence pour le monde", explique le maire de Grenoble Michel Destot. La ville entend ainsi renforcer son image de ville innovante en matière de développement durable.

Pour l’heure, aucun calendrier ni budget prévisionnel n’a été fourni. Les partenaires se laissent un an pour poursuivre les recherches et étudier la faisabilité concrète du projet. Le chantier pourrait ensuite voir le jour assez rapidement et être, en partie, bénéficier du label et des subventions EcoCité attribués par l’Etat.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter