Grogne des policiers : 250 millions d'euros pour améliorer le quotidien et les missions des agents

POLICE - Le gouvernement a annoncé son plan pour tenter d'apaiser la colère des policiers qui, depuis dix jours, manifestent. Voici le détail de ce qui devrait être soumis à l'Assemblée nationale d'ici fin novembre.

Les policiers sont à bout. Eux qui manifestent depuis dix jours ont obtenu plusieurs éléments de réponse ce mercredi, après avoir été reçus par François Hollande.  Ainsi, pour apaiser la colère qui a gagné toute la France et, surtout pour améliorer leur condition et leur quotidien, le gouverment a dévoilé plusieurs mesures. Concernant l'épineuse question de l'extension de la légitime défense, à laquelle Jean-Jacques Urvoas paraît peu enclin et dont les policiers réclament l'assouplissment, la Chancellerier devra toutefois étudier de façon "approfondie" la possibilité de faire évoluer le texte actuel. 

En vidéo

JT 20H – Des sociétés privées pour soulager les policiers

250 millions d'euros

Le ministère de la justice devra par ailleurs plancher sur l'alignement des peines concernant les outrages aux policiers à celles encourues lorsqu'un individu s'en prend verbalement à un magistrat. Actuellement, elle est de deux ans de prison selon qu'une personne insulte un juge et de six mois pour un agent dépositaire de l'autorité. 


Des moyens devraient être débloqués. 250 millions d'euros seront donc notamment alloués à l'achat de nouveaux matériels, dont 21.700 gilets pare-balles capables d'arrêter les balles de Kalachnikov, 8.000 casques, 4.700 boucliers balistiques ou 440 fusils G36, dont ont déjà été dotés les unités dites "primo-intervenantes" en cas d'attentat. Une partie de l'enveloppe est prévue pour le renouvellement du parc automobile (3.080 nouveaux véhicules en 2017) ou la réfection des commissariats et casernes de gendarmerie.


Enfin, les policiers et gendarmes devraient voir leurs missions recentrées : la garde statique des préfectures ou des tribunaux devrait rapidement être confiée (à l'exception des lieux de cultes et des écoles...) à des sociétés privées  de gardiennage. Des caméras de surveillance complèteront le dispositif qui, à date, consomme 220 postes à temps plein. 

En vidéo

VIDÉO - "Les promesses restent des promesses" juge un policier

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des policiers

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter