Hénin : la mairie FN réclame 36 000 euros à la Ligue des droits de l'Homme

Hénin : la mairie FN réclame 36 000 euros à la Ligue des droits de l'Homme

DirectLCI
POLITIQUE – Après avoir annoncé mardi la fin de la subvention et de l'usage gratuit d'un local municipal pour la Ligue des droits de l'Homme (LDH), la mairie FN d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) réclame 36 000 euros de loyers rétroactifs.

La mairie FN d'Hénin-Beaumont n'en a pas fini avec la LDH. Lors du conseil municipal mercredi soir, la question de la subvention de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) est revenue dans les débats. La mairie réclame 36.000 euros de loyers à titre rétroactif.

Mardi, Steeve Brois, le nouveau maire d'Hénin-Beaumont, avait annoncé la fin pour l'association de la subvention et de l'usage gratuit d'un local municipal.  "Non seulement, aucun bail n'a été signé entre l'association d'extrême gauche et la mairie faisant de la LDH, un occupant sans titre mais plus grave, ces subventions sont totalement illégales", a déclaré Steeve Briois.

"Saisir le procureur financier"

Lors du conseil, Jean-Richard Sulzer, nouvel adjoint aux finances, a fait cette déclaration fracassante, rapportée par La Voix du Nord  : "M.le maire, je demande que vous entriez en procédure du recouvrement dû par cette association. On peut évaluer le loyer à 600 euros par mois en y incluant les charges, soit 72 000 euros sur dix ans. Mais comme il y a prescription au-delà de 5 ans dans ce type de recouvrement, c’est 36 000 euros que vous devez émettre, soit sur la section d’Hénin, soit sur la Ligue nationale ! Je vous invite d’ailleurs, s’il y a débat, à saisir le procureur financier !"

Une requête que la section d'Hénin-Carvin n'est pas en mesure de payer. De son côté, Steeve Briois a enfoncé le clou : "Je veux remettre tout à plat. Votre système de copinage et de favoritisme, ça suffit !", a-t-il clamé lors du conseil municipal.

Steeve Briois avait clairement annoncé que s'il accédait à la mairie la mise à disposition "illégale" des locaux municipaux prendrait fin. Le 18 mars, durant la campagne des municipales, la LDH avait appelé dans un tract à "faire barrage" au FN. Lors d'un point presse, Alain Pruvot, son président local, avait souligné ce qu'il appelait la "dangerosité" du FN.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter