Hérault : menacé de recouvrement pour... 22 centimes d'euros

FRANCE

INSOLITE - Un pâtissier à la retraite du sud de la France s'est vu menacer d'une procédure de recouvrement par le Régime social des indépendants (RSI) pour 22 cents versés par erreur. "On croit rêver", peste-t-il auprès de metronews, indiquant s'être finalement acquitté de sa "dette".

Jean-Louis Micalet n'en revient toujours pas. Mercredi 20 août, ce retraité de 67 ans a reçu un courrier de relance du RSI, l'organisme gérant les prestations sociales des travailleurs indépendants, le sommant de rembourser "dans les plus bref délais" 0,22 euro versés à tort. Et de le menacer, s'il refusait, "d'engager une procédure de recouvrement", selon le Midi Libre , qui a pu consulter la lettre.

A défaut de paiement, le RSI peut récupérer la créance en passant directement par la banque de l'assuré ou saisir ses biens. Même pour 22 cents. Or, l'ex-pâtissier domicilié dans l'Hérault l'assure à metronews, il n'aurait pas reçu le premier courrier de rappel envoyé fin avril : "Si ça avait été le cas, je n'en aurais pas fait tout un pataquès."

Le chèque envoyé

L'ironie de l'histoire est que les deux courriers de relance auront coûté plus chers que la somme réclamée. "On croit rêver quand on voit l'énergie déployées pour récupérer 22 cents. Ce sont eux qui me les versent par erreur et c'est moi qui suit responsable", peste le retraité.

Contacté par le Midi Libre, le service communication du RSI a estimé que sa mission de service public lui imposait "de récupérer ces sommes payées à tort qui, multipliées par des millions d'assurés, peuvent être élevées." Après avoir alerté la presse, Jean-Louis Micalet a fini par régulariser sa situation. Samedi, il a envoyé à l'organisme un courrier accompagné d'un chèque de 22 cents. Ce qui ne peut l'empêcher de lâcher un sourire.

Lire et commenter