Homme battu à mort à Pau : Deux jeunes déférés ce matin, annonce François Bayrou

DirectLCI
Le maire de Pau était l'invité de LCI ce 23 mai. François Bayrou est revenu sur les violences survenus dans sa ville la semaine dernière : il dénonce une adolescence en perte de repères et se félicite du déploiement prochain d'une police de sécurité du quotidien.

Les deux jeunes, placés en garde à vue suite à l'agression mortelle d'un homme de 32 ans à Pau, "ont été déférés ce (mercredi) matin, très tôt", a indiqué le maire de cette ville des Pyrénées-Orientales. Invité dans la Matinale de LCI, François Bayrou est revenu en détail sur cette affaire. "Une bande de très jeunes adolescents, 15 ans, 16 ans, peut être certains plus jeunes (…) a lynché un homme de 32 ans", a-t-il expliqué. Si une enquête est en cours, les motifs des agresseurs ne sont pas encore connus mais pour François Bayrou, les choses sont claires : "Tous ces événements (hyper-violents) sont sur fond de trafic de drogue".

Dans la société française aujourd'hui, l'adolescence se retrouve sans repèresFrançois Bayrou

Interrogé sur le fait que ces jeunes seraient d'origine tchétchène, l'édile a confirmé : "C'est ce que les enquêteurs (…) disent", avant de regretter des dérives communautaires. Si les agressions hyper-violentes se font de plus en plus nombreuses ces derniers temps, c'est, selon lui, que " dans la société française aujourd'hui, l'adolescence se retrouve sans repères". Ces repères : "la figure du père", "l'école", "la communauté du quartier" seraient donc "remplacés par une culture de la violence".

En vidéo

L'invitée politique d'Audrey Crespo-Mara du mecredi 23 mai 2018 : François Bayrou

Alors que faire ? "J'ai demandé et obtenu il y a plusieurs mois que soit créé à Pau cette nouvelle police que l'on appelle de sécurité du quotidien." Dix agents devraient être déployés dans les quartiers sensibles à partir du mois de septembre. L'élu réclame également des sanctions plus rapides : " sanctionner le plus tôt possible notamment par les travaux d'intérêt généraux, nous en avons créé 120 à Pau", se félicite-t-il car "à l’adolescence, lorsque la sanction se fait attendre, elle n’existe pas."

Les mesures pour les banlieues adéquates ?

Que pense-t-il alors des mesures annoncées par Emmanuel Macron pour les banlieues ? Rappelant que les violences à Pau comme à Marseille "sont toutes sur fond de trafic de drogue", il considère que "ce que Emmanuel Macron a annoncé hier, un plan de lutte contre le trafic de drogue d'ici au moins de juillet, renforce et pas d'indulgence (…) est juste". Actuellement, "il y a beaucoup de moyens mais ils ne sont pas utilisés comme il faudrait".


François Bayrou se félicite également de l'unité de la République. "Il  ne serait pas fondé de faire un plan pour les banlieues comme un territoire différent de la République, pour le monde rural comme un territoire différent de la République, pour les villes moyennes qui se sentent abandonnées  (…) c'est tout le territoire français et tous les Français qui doivent être pris en charge (..) par cette politique d'équilibre et de justice entre les territoires, les mêmes droits pour tous, les mêmes devoirs pour tous, la même loi pour tous et les mêmes chances pour tous." 


Sa deuxième "intuition : "ça ne se fera pas d'en haut", réclamant une mobilisation active "de ceux qui sont sur le terrain, en charge : des associations, des habitants, des élus."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter