Il tue l’homme invalide chez qui il squattait

Il tue l’homme invalide chez qui il squattait

FAIT DIVERS - Un homme s’est présenté au commissariat de Villeneuve d’Ascq, vendredi soir, en affirmant avoir blessé son colocataire lors d’une bagarre. Mais quand les secours sont allés voir sur place, ils ont trouvé un homme mort le visage couvert d’hématomes.

La bagarre entre colocataires a tourné au drame. Vendredi soir un individu de 32 ans et muni d’un cutter s’est présenté spontanément au commissariat de Villeneuve d’Ascq, à côté de Lille. Devant les policiers, il affirme avoir blessé, au cours d’une bagarre, l’homme qui l’hébergeait à Mons-en-Baroeul.

Les secours qui sont envoyés sur place ne vont pourtant pas avoir le temps de venir en aide à qui que ce soit. Dans l’appartement, ils découvrent le corps sans vie d’un homme de 67 ans, le visage couvert d’hématomes. Le propriétaire des lieux qui est par ailleurs manchot et avait beaucoup de difficulté à se déplacer, ne pourra pas être réanimé.

Régulièrement importuné par le suspect

Le suspect a été aussitôt interpellé et placé en garde à vue. Une enquête a été ouverte et un juge d’instruction saisi pour déterminer les circonstances exactes de cette soirée qui a viré au drame.

Selon La Voix du Nord, des soirées arrosées se tenaient régulièrement dans l’appartement de l’homme de 67 ans tué vendredi. Le quotidien nordiste rapporte aussi le témoignage d’un membre de la famille de la victime. Selon lui le suspect venait régulièrement taper à la porte de cet homme handicapé qui n’osait pas laisser la porte fermée de peur des représailles.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : d'ex-chefs d'États et prix Nobel appellent à lever les brevets des vaccins

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Lire et commenter