Ils se font "voler" leur avion à Lyon : Fram s'explique

Ils se font "voler" leur avion à Lyon : Fram s'explique

DirectLCI
PERIPETIES – Le vol en provenance de Palma de Majorque ne devait s'arrêter que quelques minutes à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry, avant de rejoindre Paris. Mais suite à un concours de circonstance peu banal, les 110 passagers ont finalement rejoint la capitale dix heures plus tard… en bus.

"Le vol de l'enfer." Samedi après-midi, G., 18 ans, revenait d'une semaine de vacances passée en famille à Palma de Majorque. L'avion de la compagnie low cost tchèque Smart Wings dans lequel il se trouve se pose comme prévu à 17 heures 30 sur le tarmac de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry . L'appareil, avec 110 passagers à son bord, ne doit rester là que pour une courte escale avant de redécoller pour Paris, sa destination finale.

"Mais nous avons remarqué que nos bagages étaient sortis de la soute. Et à 19 heures, on nous a demandé de descendre de l'avion, en évoquant un problème technique, confie le jeune homme à metronews. On nous a ensuite expliqué qu'un avion allait venir de Nice pour nous emmener à Paris. Mais il n'est jamais arrivé." Pire, l'appareil duquel ils avaient débarqué a ensuite décollé sous leurs yeux en direction des îles Canaries. La plupart des passagers a donc dû attendre qu'un bus affrété par la compagnie aérienne les ramène jusqu'à la capitale, où ils sont arrivés vers 6 heures du matin ce dimanche, soit près de dix heures après l'horaire prévu.

Un dédommagement de 100 euros

"C'est un très mauvais concours de circonstances, un enchaînement de type dominos, nous explique un porte-parole du voyagiste Fram , en charge de l'organisation du séjour. Un autre avion qui devait effectuer plusieurs voyages a eu un problème technique, alors nous avons dû utiliser, en lieu et place, celui dans lequel se trouvaient ces 110 passagers.

Il est très compliqué de trouver une solution alternative en période de vacances scolaires et de ponts. De plus, l'avion qui devait venir à vide depuis Nice nous a lâchés. Les TGV étant complets, nous avons alors affrété un bus." L'agence de voyages, qui "comprend la frustration des passagers", assure avoir "fait (son) maximum." Après avoir présenté ses excuses, elle s'est engagée à faire un geste commercial. "Nous allons offrir un dédommagement de 100 euros par voyage payé", affirme Fram.
 

Plus d'articles

Lire et commenter