Immobilier : la Côte d’Azur toujours chère et attractive

Immobilier : la Côte d’Azur toujours chère et attractive

DirectLCI
La chambre des notaires des Alpes-Maritimes a publié son bilan pour l’année 2013. Crise oblige, le prix du m2 et les ventes sont à la baisse mais se maintiennent bien au-dessus de la moyenne nationale. Tour d’horizon des tendances annuelles.

Des prix en recul mais qui restent très élevés

A 3 740 euros le mètre carré pour un appartement ancien (plus de cinq ans), l’immobilier des Alpes-Maritimes demeure le plus élevé du pays, hors Ile-de-France. Sabine Debusigne, notaire sur le secteur niçois, parle pourtant de baisse : "on constate un recul de 3,8 % du m² en 2013 sur les Alpes-Maritimes mais, depuis 2003, les prix ont augmenté de 72,7 %." A Nice l’évolution des tarifs sur dix ans atteint même les + 85,3 % !

A Nice, quels secteurs porteurs ?

Des zones restent malgré tout intéressantes dans la capitale azuréenne. Nice-Ouest et Nice-Nord constituent "des secteurs montants, qui gagnent en attractivité" pour Jean-Charles March, président de la chambre des notaires des Alpes-Maritimes. Le quartier du port est le seul à connaître une augmentation de son prix au mètre carré (+ 1,4 %) sur 2 013. Et le secteur Pasteur "peut progresser une fois les travaux finis grâce à la présence du tramway" estime-t-il.

Et les étrangers alors ?

La crise financière a eu pour conséquence une diminution du nombre d’acquéreurs étrangers depuis 2003, passant de 18,1 % à 10,6 %. Si on observe une baisse chez les Italiens, les Anglais, eux, sont de retour (+ 11 % en 2013). La part d’investisseurs venus d’ex-URSS reste stable et la communauté portugaise autour de la Principauté de Monaco se développe. Mais la nouveauté, "c’est l’arrivée d’acheteurs pakistanais autour de Beausoleil" pour Jeanne Caspar, notaire dans le secteur Est du département. Elle constate aussi une tendance à l’achat chez les Japonais et, dans une moindre mesure, chez les Chinois qui cherchent "le luxe, la commodité, la sécurité et le soleil". La Côte d’Azur n’a décidément pas perdu son pouvoir d’attraction.

Plus d'articles