Incendie à Marseille : le corps sans vie de l’ouvrier retrouvé

Incendie à Marseille : le corps sans vie de l’ouvrier retrouvé

DirectLCI
FAITS DIVERS – L’homme âgé d’une cinquantaine d’année était porté disparu depuis hier après-midi. Son corps sans vie a été retrouvé dans la nuit.

Une macabre découverte. Comme ils le redoutaient, les marins-pompiers de Marseille ont extrait sous plusieurs mètres de gravats le corps de l’ouvrier disparu depuis l’explosion mardi d’une canalisation dans le quartier de la Villette (2e) , vers 3 heures du matin. Âgé d’une cinquantaine d’années, il travaillait dans une tranchée de cette canalisation gérée par GrDF au moment du drame.

Les secours étaient à sa recherche depuis mardi après-midi et "ce n'est qu'une fois la dernière poche de flammes éteinte que les explorations ont pu être menées, avec de puissants projecteurs", a-t-on indiqué de source proche de l'enquête. La victime était un ancien salarié de GrDF qui avait créé sa propre société. Plusieurs témoignages sur son éventuelle absence de son lieu de travail ont fait douter jusqu'au bout les enquêteurs de la réalité de son décès.

Une enquête ouverte

L'incendie, rapidement circonscrit, a fait également quatre blessés. Deux soldats du feu ont été victimes d'un "coup de chaud". Un homme de 66 ans a été légèrement intoxiqué et a été évacué vers l'hôpital de la Timone, tandis qu'une femme, prise d'un malaise, a été soignée sur place. Une quarantaine de personnes ont également été évacuées des bâtiments alentour, pour lesquelles un dispositif d'accueil a été mis en place dans un centre d'animation proche.

Côté dégâts, des véhicules à proximité du feu ont été incendiés. La très haute flamme a également touché 21 appartements, dont plusieurs sont quasiment détruits. La ville de Marseille a annoncé qu'elle étudiait "au cas par cas" des solutions de relogement.

Le parquet de Marseille a ouvert une enquête, confiée à la brigade criminelle de la Sûreté départementale. En cas de présomption de faute, une information judiciaire pour homicide involontaire devrait être ouverte. En revanche l'action publique prendra fin si c'est le soudeur décédé qui a provoqué l'accident
 

Plus d'articles

Sur le même sujet