Incendie de Marseille : le désarroi des habitants

Incendie de Marseille : le désarroi des habitants

DirectLCI
FAIT DIVERS – Moins de 24 heures après l’incendie d’une canalisation, les habitants de l’immeuble Le Marceau ont pu constater avec effroi les dégâts.

Après la vision d’apocalypse, le chaos . Moins de 24 heures après le terrible incendie d’une canalisation dans la rue Peyssonnel, les riverains ont pu constater mercredi l’étendue des dégâts. Appartements calcinés, voitures brûlées, poteaux métalliques déformés par la chaleur... Les stigmates ne sont pas près de s’effacer dans ce quartier populaire du 2ème arrondissement.

Venu en voisin, Didier a les yeux rivés sur l’immeuble Le Marceau. "C'est un spectacle de désolation. "Qu’est-ce qu’on peut dire ? s’interroge-t-il la gorge nouée. Je n’ai jamais rien vu de pareil. Je pense avant tout à la victime de l’incendie et aux habitants sinistrés". Un message de soutien relayé par le maire de Marseille venu également sur place. "Les dégâts sont impressionnants. Ça nécessite que tout le monde fasse les efforts nécessaires pour l’aide et l’assistance des sinistrés", confie Jean-Claude Gaudin.

Le problème du relogement

Selon un premier bilan matériel, 42 appartements sont concernés par l’incendie. Une vingtaine ont été impactés et 10 sont détruits. Au total, 56 personnes ont été relogées mardi soir mais toutes ne pourront pas regagner leur appartement. "Les gens concernés par l’incendie ne pourront rentrer que lorsque la sécurité sera garantie", indique à metronews José Allegrini, adjoint au maire en charge du bataillon des marins-pompiers.

Toute la matinée, les soldats du feu ont à cet effet procédé à la vérification des appartements pour mesurer les dangers. "Il peut y avoir des chutes de plaques, de plafond, de verres, indique l’amiral Le Hénaff. Il faut aussi vérifier la stabilité des planchers à cause du poids de l’eau". Digne malgré l’émotion, Suzanne ne se fait pas d’illusions. "J’habite juste au-dessus de l’appartement qui a complètement brûlé. Je ne peux pas encore en être sûre, mais j’ai peut-être tout perdu".
 

Plus d'articles

Sur le même sujet