Incident au Cea de Grenoble: "Des propos mensongers"

Incident au Cea de Grenoble: "Des propos mensongers"

France
DirectLCI
INCIDENT - Benoit Marc, président de la société D&S spécialisée dans la sécurité et la radioprotection, souhaite répondre aux "propos mensongers" relayés par son ex-employé. Ce dernier affirmait avoir été licencié à la suite de son irradiation, survenue le 23 août 2013, alors qu'il participait à des travaux de démantèlement nucléaire sur le chantier du Cea Grenoble.

Pourquoi avez-vous choisi de publier un communiqué à l’intention des médias ?

"Ce communiqué est le reflet d’une position collective, partagée par l’ensemble des salariés. Nous sommes une petite entreprise, crée il y a dix ans et dont l’actionnariat appartient à ses salariés. Nous avons voulu répondre aux mensonges propagés dans les médias par un ancien salarié. C’est quelqu’un qui a choisi, durant son temps de pause, de faire des actions interdites et qui s’est est retrouvé de ce fait en infraction. Il été licencié pour « faute lourde ». Il a par exemple choisi de travailler seul durant sa pause, a exposé volontairement ses dosimètres à une source irradiante, et a pris des images du chantier alors que c'était interdit.

Quels sont les propos que vous réfutez ?

"Les propos selon lesquels cet ancien employé travaillait dans de mauvaises conditions sont fausses : chez nous, toute situation anormale doit être signalée à un service de sécurité et environnement. Nous avons également des délégués du personnel. Ce n’est pas seulement un droit d’alerte, mais un devoir en cas de situation dangereuse."

Vous niez avoir été "évasif concernant la cause de cet incident.

"La seule personne qui était sur les lieux et qui sait ce qui s’est passé était l’employé en question. Moi, je ne peux faire que des suppositions. Je ne vais pas contredire le Cea s’il estime que la particule se trouvait sur le chantier. Mais d’après les analyses, pour que la source en question ait pu avoir un impact sur son dosimètre, il faut qu’il l’ait positionné à quelques centimètres et qu’il nait pas bougé pendant 20 minutes. De plus, il est inexact de dire que cette personne a été irradiée car la médecine du travail et le laboratoire n’ont pas retenu la dose indiquée par son dosimètre." 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter