Inondations à Hyères : "Nous sommes cernés, l'eau arrive de partout"

Inondations à Hyères : "Nous sommes cernés, l'eau arrive de partout"

DirectLCI
REPORTAGE – Aux plus forts des intempéries, les communes d’Hyères, La Londe et de Pierrefeu dans le Var ont été parmi les plus touchés par les inondations. Reportage dans un des lotissements cerné par les eaux.

L’eau est montée, lentement. Elle s’est infiltrée dans la ruelle du lotissement Victor et Jean Salusse à la périphérie d’Hyères (Var) prenant tout le monde au dépourvu. "Bon là, nous sommes cernés des deux côtés, ça arrive de toute part", décrit le regard inquiet Georges, sur le pas de sa porte, en ce dimanche après-midi. La rivière du Gapeau qui est sortie de son lit, a envahi les rues, jouant avec les nerfs des habitants, passant de 30 cm de hauteur à 2,80 mètres. Désormais, seul le bateau permet aux riverains de se déplacer. 

Pour protéger l'essentiel, la plupart des habitants, comme Alain, ont déjà vidé leur rez-de-chaussée au petit matin. "On déplace l’essentiel vers les étages, on verra bien. De toute façon, que peut-on faire ?", lâche-t-il, fataliste, sous le ballet des hélicoptères de la sécurité civile venus en repérage. Une fatalité que ne supporte plus Antonio, Mastrodonato, président du conseil syndical du lotissement. "Tous les deux ans, c’est pareil. Dès qu’il y a un gros coup de pluie, c’est l’inondation et la mairie ne fait toujours rien !"

Un garage submergé

Vers 14 heures, alors que la situation semblait se calmer dans le lotissement, un message des policiers municipaux sème soudainement la panique. "Une vague va arriver", tonne l’un des agents. Pas le temps de réfléchir pour Christine qui décide de partir. "J’en ai marre, on ne sait pas ce qu’on doit faire, je ne reste pas", dit-elle émue aux larmes. Alors que l'eau monte inexorablement, Mireille ne peut plus rejoindre sa maison. "C'est catastrophique. Je n'ai jamais vu ça. C'est pire que lors des dernières grosses inondations d'il y a 12 ans", confie-t-elle.

Un pâté de maison plus loin, la bataille est déjà perdue dans ce garage. Situé à la lisière de la rivière, il y a près d'1,50 mètre d'eau. "On avait pris les devants en montant le matériel sur des tréteaux, mais là c’est foutu, l’eau est passée par-dessus", se lamente Jordan, l’un des mécaniciens. Tel un équilibriste, l’un des ouvriers tente de sortir du matériel en marchant sur un muret. "Laisse tomber lui indique Jordan, tu ne pourras rien faire de mieux." Reste à constater les premiers dégâts. Ils sont déjà énormes. L’ensemble des voitures parquées près de la rivière sont déjà submergées.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter