Inquiétude sur le prolongement de transports en commun à Toulouse

Inquiétude sur le prolongement de transports en commun à Toulouse

France
DirectLCI
TRANSPORT – Avec la suppression de l'écotaxe, certains aménagements qui prévoient la prolongation de voies de métro, de bus ou de tramway pourraient être remis en cause à Toulouse.

Des projets de transports en commun en danger à Toulouse. Le prolongement de la ligne B vers Labège, le BHNS entre Tournefeuille et Toulouse, celui de Portet sur Garonne ainsi que l'extension de la ligne de tramway vers le futur Parc des expositions pour un total de 600 millions d'euros s'inscrit désormais en pointillé.

Avec la suspension de l'écotaxe par le gouvernement socialiste, les 450 millions que devait rapporter la mesure en France, ne peuvent pour l'instant ne pas être affectés aux développements de métro ou de tramway.

40 millions d'euros de manque à gagner

Sur les quatre programmes toulousains, le manque à gagner est estimé à 40 millions d'euros. "Si l'écotaxe n'est pas remplacée, tous les projets alternatifs à la voiture seront menacés, je ne vois pas comment on pourra s'en passer", confie Joël Carreiras, président de la Société de mobilité de l'agglomération toulousaine (SMAT).

Le Sicoval pas inquiet pour le prolongement de la ligne B

Ce dernier espère que l'Etat, après les élections municipales, donnera un début de réponse. Du côté du Sicoval où on attend avec impatience 2019 et la mise en service du prolongement de la ligne B entre Ramonville et Labège, on relativise cette "mauvaise nouvelle".

"Sur le projet global de 362 millions d'euros, l'aide de l'Etat est de 6,5% (25 millions d'euros), on demandera aux différents partenaires (conseil général, SMTC et le Sicoval Ndlr) d'augmenter leur contribution", rassure François-Régis Valette, président du Sicoval qui regroupe les communes du sud-est toulousain.  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter