Jean-Claude Gaudin à fond "la forme"

Jean-Claude Gaudin à fond "la forme"

DirectLCI
POLITIQUE – Lundi midi, lors de ses vœux à la presse, le maire de Marseille a voulu prouver qu’il était capable d’assurer un quatrième mandat à la mairie de Marseille. Ce malgré ses 74 ans.

En pleine forme. C’était, de toute évidence, l’objectif de Jean-Claude Gaudin lors de ses vœux à la presse qui ont eu lieu lundi midi au fort d’Entrecasteaux. Malgré ses 74 ans, le maire de Marseille veut afficher sa combativité alors qu'il brigue un quatrième mandat.

"C’est vrai qu’on l’a connu plus en forme et meilleur orateur", constatait un militant UMP lors de l’inauguration de la permanence de campagne du maire sortant le 9 janvier dernier. Mais celui qui aime à rappeler qu’il fut conseiller municipal de la ville à 25 ans, en 1965, assure ne pas vouloir s’arrêter et se sentir "en forme et capable". Ajoutant, pour contrer les critiques sur son âge, qu’il ne manquera pas de "renouveler son équipe".

Bons mots et petites blagues

Pendant plus d’une heure et demi, le maire de Marseille a dressé un bilan dithyrambique de l’année passée, notamment de la Capitale de la culture, et promis que "si vous avez aimé 2013, vous allez adorer 2014 ".

Jean-Claude Gaudin a répondu sans coup férir aux questions des journalistes, et si ses conseillers lui ont parfois glissés quelques chiffres, il a repoussé ostensiblement certaines antisèches de son service communication, montrant ainsi qu’il était au fait des dossiers de la ville. Comme à son habitude, il enchaîna bons mots et petites blagues ("Je me suis toujours méfié des hommes politiques au ventre plat"), références historiques, petites piques à l’égard de ses adversaires et arguments sur sa politique menée à Marseille ces dernières années.

Jean-Claude Gaudin n’a pas manqué de se projeter dans l’avenir. Interrogé à propos de la loi sur l'interdiction des doubles mandats qui devrait être votée mercredi à l’Assemblée nationale, il a assuré qu’il privilégierait son poste de maire. Tout en précisant : "Je suis favorable à un double mandat, local et national, car le pouvoir est à Paris. C’est dans les couloirs de l’Assemblée nationale ou du Sénat que l’on fait avancer les dossiers de sa ville." Ce quel que soit son âge.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter