Jean-Luc Moudenc signe son retour à la mairie de Toulouse

Jean-Luc Moudenc signe son retour à la mairie de Toulouse

DirectLCI
MUNICIPALES – Après un seul mandat au Capitole, Pierre Cohen a cédé son fauteuil de maire à Jean-Luc Moudenc. Ce dernier a confirmé dimanche soir le bon score du premier tour.
La droite revient au Capitole. Avec 51,5 % des suffrages, Jean-Luc Moudenc (UMP) a repris le Capitole au maire sortant Pierre Cohen (PS) élu depuis 2008. Exemple de stabilité politique pendant 37 ans, Toulouse a changé deux fois de majorité municipale en six ans.

La gauche n'aura donc fait qu'un seul mandat à la tête de Toulouse. Après un premier tour où il avait pris l'avantage sur son adversaire, 38,2 % contre 32,2 %, le candidat UMP a confirmé son résultat.

Jean-Luc Moudenc heureux et ému

Vers 22 h 15, Jean-Luc Moudenc est sorti du cabinet d'avocat d'un de ses colistiers où il a suivi la soirée électorale : accompagné de plusieurs de ses proches, de sa fille et de sa femme, le nouveau maire s'est déclaré "heureux et ému, car Toulouse est ma ville. Beaucoup de travail nous attend", a-t-il déclaré alors qu'une dizaine de supporters, dont des enfants, l'attendaient dans la rue.

Tous ont applaudi, scandé son nom et l'ont longuement embrassé. Ensuite refusant de monter dans la voiture qui l'attendait pour l'amener à l'hôtel de ville, Jean-Luc Moudenc a remonté la rue du Languedoc et la rue Alsace-Lorraine à pied avec une partie de sa garde rapprochée. "Ce n'est pas une revanche, je veux être le maire de tous les Toulousains y compris ceux qui n'ont pas voté pour moi. Je me situe dans la logique de Pierre et Dominique Baudis", a-t-il rappelé au moment d'arriver au Capitole.

"Les Toulousains vont se réveiller avec la gueule de bois"

Dans les rangs de Pierre Cohen , la déception se lisait sur les visages des militants présents à la permanence du candidat. Ce dernier a été longuement applaudi au moment de son arrivée : "Je prends acte du résultat, c'est l'exacte inversion du résultat de 2008. La vague bleue n'a pas épargné Toulouse. Nous sommes fiers du travail accompli, nous serons vigilants pour qu'une véritable politique de droite ne soit pas mise en place".

Un sentiment confirmé par un militant qui confiait : "C'est une douche froide. Je pense que les Toulousains se sont trompés d'élection". De son côté, Antoine Maurice tête de liste des Verts au 1er tour et qui a rejoint la liste socialiste entre les deux tours , estimait que la liste de gauche "payait cher la sanction gouvernementale. Les Toulousains vont se réveiller avec la gueule de bois".

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter