Jean-Noël Guérini quitte le PS : "Pas un enterrement, une renaissance"

Jean-Noël Guérini quitte le PS : "Pas un enterrement, une renaissance"

France
DirectLCI
POLITIQUE – Après l’annonce de son départ, lundi soir, du Parti socialiste, le président du conseil général des Bouches-du-Rhône défie son ancien parti en briguant un nouveau poste de sénateur et en se positionnant pour les prochaines échéances électorales.

Jean-Noël Guérini manie l’art du rebond. Bien décidé à couper l’herbe sous le pied de Solférino, qui réclamait son  exclusion , le sénateur des Bouches-du-Rhône, par ailleurs président du conseil général, a annoncé lundi soir sa décision de quitter le PS . "Une épreuve terrible, l’une des plus douloureuses de ma vie politique", jure-t-il la main sur le cœur, "impatient" toutefois de se relancer politiquement.

"Ce n’est pas un enterrement, c’est une renaissance", résume en souriant un Jean-Noël Guérini qui annonce son intention de briguer un nouveau mandat de sénateur en septembre prochain. Désormais sans parti politique, il compte créer dans les prochains mois son propre mouvement. "Mon parti, c’est le parti des Bouches-du-Rhône", annonce-t-il.

Les cantonales en vue

Candidat aussi à sa propre succession pour la présidence du conseil général, le sénateur entend présenter un certain nombre de candidats lors des prochaines cantonales en mars 2015. "Et on créera les conditions nécessaires pour faire les meilleurs résultats possibles ! Ce sera un régal", lance-t-il en forme de défi au Parti socialiste.

Reste encore à mobiliser les militants. Sans clairement leur lancer un appel pour rejoindre son mouvement, l'élu estime les avoir compris suite à la débâcle des municipales. "Ils ont été méprisés, ils sont déboussolés", analyse-t-il. Des électeurs qui, selon lui, n’en ont "rien à cirer" des différentes polémiques et autres affaires judiciaires le concernant.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter