Jeux de rôle : "Le but c’est de s’amuser et de passer un bon moment"

Jeux de rôle : "Le but c’est de s’amuser et de passer un bon moment"

France
DirectLCI
INTERVIEW - Jérôme Gayol est le président du groupement azuréen des associations ludiques (GRAAL) qui réunit 25 associations de jeux éparpillées entre Beausoleil et Marseille. Ses membres feront des démonstrations et des initiations tout le week-end au Festival international des jeux à Cannes

Quel type d’associations regroupe le GRAAL (groupement azuréen des associations audiques) ?
"Le GRAAL rassemble 25 associations de jeux assez différents. Les jeux de rôle, d’abord, dans lesquels les joueurs interprètent un personnage qui influe sur un scénario établi et arbitré par le maître du jeu. Des associations sont aussi spécialisées dans les jeux de rôle GN (grandeur nature, Ndlr) qui sont souvent très impressionnants : on se costume et on joue à proprement parler l’histoire. Il y a aussi les jeux de plateau où on reconstitue autour d’une table une bataille historique ou fantastique sur un plateau de jeu. On a également les jeux de figurines. Les adeptes aiment assembler, peindre voire même couler leurs figurines pour faire des batailles. Enfin, il y a les jeux de cartes type Yu-Gi-Oh ! ou Magics."

Quel est le rôle de votre association ?
"Nous au GRAAL c’est surtout de la mise en relation. On souhaite que les gens qui partagent une même passion soient en contact pour coordonner leurs événements. Qu’il n’y ait pas deux associations qui organisent le même week-end des tournois ou des manifestations similaires. On veut aussi qu’elles s’assistent en cas de besoin. Bref, on veut créer de l’entraide associative."

Vous venez au Festival international des jeux à Cannes depuis longtemps, qu’est-ce que ça vous apporte ?
"On vient depuis 1996 et c’est très pratique pour faire des initiations, des démonstrations ou même organiser des tournois . Enfin vous savez, il n’y a pas vraiment d’esprit de compétition. Le but c’est de s’amuser et de passer un bon moment. C’est bien d’avoir un rendez-vous annuel pour montrer notre passion et surtout informer les gens parce qu’à la base, il y avait beaucoup de méfiance…"

De la méfiance ?
"Oui ! Suite à l’affaire de Carpentras (un cimetière juif avait été profané en 1990, NDLR) le monde du jeu de rôle avait eu très mauvaise presse. Mais aujourd’hui les choses ont bien changé."

Pensez-vous que les sagas Star Wars et Le Seigneurs des Anneaux ont attiré du monde vers votre univers ?
"Absolument. Ça a donné envie aux gens de s’intéresser et de pratiquer. Il n’y a qu’à voir le nombre de jeux de rôle, de cartes ou de figurines inspirés de l’univers médiéval-fantaisie ou de la science-fiction. Ces films ont aussi démocratisé le jeu de rôle. Quand j’ai commencé à jouer, dans les années 1980, les livres de jeu étaient exclusivement en anglais. C’était très restrictif. Aujourd’hui, ils sont tous traduits.

Vous pensez être encore présents au salon l’an prochain ?
"Normalement oui. Et si on obtient les autorisations, on ramènera un dinosaure de quatre mètres de haut !"
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter