La bataille des régionales en Paca est bel et bien lancée

FRANCE

POLITIQUE – Vendredi, le candidat socialiste Christophe Castaner a lancé sa campagne pour les régionales en Paca. Un candidat méconnu des électeurs qui va tenter de maintenir la gauche au pouvoir dans cette région.

La gauche va-t-elle conserver l'un de ces derniers bastions ? C'est tout l'enjeu des prochaines élections régionales en Provence Alpes Côte d’Azur. En décembre prochain, les électeurs du quart Sud-Est de la France sont appelés à choisir leur nouveau président pour succéder au socialiste Michel Vauzelle .

Chez Les Républicains, le mystère n'aura pas duré trop longtemps. Le maire de Nice, Christian Estrosi, a rapidement été investi en avril dernier. C’est plus compliqué au Front national. Au terme d’une lutte interne digne d'une tragédie grecque, la députée Marion Maréchal Le Pen a décidé de se lancer pour remplacer son grand-père candidat depuis les années 1980.

"L'extrême droite ou la droite extrême"

Et la gauche dans tout ça ? Sans tambour, ni trompette, le député de Forcalquier Christophe Castaner a été désigné tête de liste socialiste . Un député bien connu dans son département des Alpes de Haute-Provence, mais beaucoup moins que ses adversaires à l’échelle régionale et nationale.

Mais ne lui parlez pas de déficit d'image. Le candidat aux faux airs de l'acteur anglais Clive Owen balaye cette idée d'un revers de la main. "Les électeurs ne sont pas en train de regarder de façon permanente BFM ou I-télé", glisse-t-il d'une voix calme et assurée.

Du calme, il lui en faudra pour mener cette campagne dont le tempo a été donné pour le moment par ses adversaires du Front national et des Républicains. Des prétendants de "l'extrême droite et la droite extrême", compare Christophe Castaner bien décidé à ne pas faire "la course à l'échalote". "Franchement, ils se ressemblent", poursuit-il en assurant "ne pas faire campagne pour appeler à faire barrage à un tel ou un tel, mais pour gagner". Ce week-end, il a lancé son projet baptisé "Ambition Paca". Durant l'été, il entend proposer cent initiatives pour convaincre les électeurs, ainsi que l'ensemble de la gauche.

Présents aux côtés des socialistes dans l'actuelle assemblée régionale, les écologistes ont désigné leur propre tête de liste. Le Front de gauche a fait de même. Une division qui n'inquiète pas pour le moment Christophe Castaner. Ni la défiance des Français à l'égard de la politique des socialistes au niveau national. "Si chaque élection devait changer le cap de la politique française, on serait dans une politique girouette", assure-t-il.
 

Lire et commenter