La belle histoire du jour : après son cancer, la grossesse "miraculeuse" de Julie

La belle histoire du jour : après son cancer, la grossesse "miraculeuse" de Julie

SANTÉ – La jeune trentenaire, qui a contracté une leucémie aiguë à l'adolescence, est parvenue à tomber enceinte après une autogreffe ovarienne. Une première en Rhône-Alpes rendue possible grâce à l’équipe de la médecine de la reproduction de l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Bron.

"C'est un miracle." Julie a toujours un peu de mal à réaliser. Atteinte d'une leucémie aiguë en 2000 alors qu'elle n'avait que 16 ans, la jeune femme, totalement guérie aujourd'hui, accouchera en août d'une petite fille prénommée Milla. Un cadeau de la vie qu'elle n'osait même pas imaginer il y a quelques mois encore.

Car si cette préparatrice en pharmacie originaire de Rive-de-Gier (Loire) est finalement parvenue à tomber enceinte spontanément, c'est grâce à l’équipe de Médecine de la reproduction de l’hôpital Femme-Mère-Enfant (HFME) de Bron ."Afin de préserver sa fertilité des traitements par chimiothérapie et radiothérapie, nous lui avons prélevé l'ovaire gauche avant de le stocker dans de l'azote liquide, à -196 °C, explique le docteur Bruno Salle, chirurgien à l'HFME.

Une première en Rhône-Alpes

En 2012, nous lui avons greffé son propre tissu ovarien, qui a repris ses fonctions. C'est la première fois en Rhône-Alpes et l'une des premières fois en France qu'une femme tombe enceinte ainsi", souligne le médecin, qui avoue avoir pensé que cette technique - utilisée avec succès sur des brebis depuis une vingtaine d'années - "ne marcherait jamais" sur l'être humain.

Julie, qui fêtera ses 31 ans ce samedi et qui vit désormais à Mandelieu, près de Cannes, a maintenant hâte de pouvoir savourer sa maternité. "Je m'étais faite à l'idée de ne jamais avoir d'enfants, d'être stérile toute ma vie, confie-t-elle depuis l'hôpital où elle a été admise 'par précaution' il y a quelques jours à la suite de premières contractions. Cette grossesse est tellement précieuse… il n'est pas question de prendre le moindre risque." Pour peut-être, un jour, offrir un petit frère ou une petite sœur à Milla.



 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 cas ces dernières 24 heures

VIDÉO - Victime de violences conjugales, Camille Lellouche se livre dans "Sept à Huit"

"Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.