La croisière s’amuse à se faire peur

La croisière s’amuse à se faire peur

DirectLCI
INSOLITE - Une fiction radiophonique va être racontée aux passagers d’une "croisière terrifiante" sur l’Erdre…

Les Contes de l’Estuaire refont parler d’eux. Cette série de sept contes fantastiques, déclinée dans différents lieux de Nantes sur sept médias différents (Web, télé, smartphone…), avait rencontré un grand succès en octobre dernier. Depuis, certains contes continuent leur vie, comme La Crue. Cette "croisière terrifiante" sur l’Erdre va en effet revenir les 27 février et 15 mars : à la nuit tombée, les 120 passagers d’un navire des Bateaux nantais vont remonter la rivière, avant de couper les moteurs en rase campagne et dériver au fil de l’eau… Une "fiction radiophonique" de trente minutes leur sera alors diffusée, dans le silence et l’obscurité. Le pitch ? Des braqueurs de banque vont tenter de récupérer leur magot planqué dans une maison hantée… noyée sous les eaux de la crue du siècle. "Aquaphobes s’abstenir", préviennent les organisateurs.

Un conte mobile sur smartphone

Mais La Crue n’est pas le seul "conte de l’Estuaire" à avoir survécu à l’événement. La Boue, un roman-photo, est toujours téléchargeable sur iBooks . Le Monstre, un "conte mobile sur smartphone" , continue lui aussi à être téléchargé gratuitement sur iTunes ou Google Play : oreillettes vissées sur l’oreille et écran en main, l’utilisateur de l’application fait le  chemin d’un reporter de 1925 enquêtant sur un mystérieux monstre marin dans les canaux de la "Venise de l’Ouest", surnom donné alors à Nantes… Sa géolocalisation déclenche alors des sons et des vidéos, tout au long de son parcours entre la cathédrale de Nantes et l’île Feydeau.

"C’est du son en 3D", explique Jérôme Fihey, gérant du Crabe Fantôme , la société qui a produit les Contes de l’Estuaire. "On a vraiment l’impression que quelqu’un vient hurler à votre droite, ou qu’une personne vous chuchote à l’oreille." Sa société, forte de son succès nantais, envisage à présent des projets similaires sur Paris.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter