La demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage a été rejetée

FRANCE

Toute L'info sur

La libération de Jacqueline Sauvage

JOUR J - On apprend ce vendredi que le tribunal d'application des peines (TAP) a rejeté la demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage, condamnée en décembre 2015 à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent et incestueux.

La décision était attendue dans la matinée. Vendredi 12 août, le tribunal d'application des peines (Tap) a refusé la demande de libération conditionnelle de Jacqueline Sauvage, condamnée en décembre 2015 à dix ans de prison pour le meurtre de son mari violent.


On se souvient que la grâce partielle, accordée par François Hollande en janvier 2016, avait permis à la sexagénaire de déposer cette demande de libération conditionnelle plus rapidement. Libérée de sa période de sûreté, elle a pu formuler sa requête en début d'année, au lieu d'attendre d'être potentiellement libérable à la moitié de sa peine, soit deux ans et quatre mois plus tard. 

"Avis défavorable"

Le dernier mot, néanmoins, revenait bien à l'administration judiciaire. Et l'affaire était loin d'être gagnée. Transférée dernièrement à la prison de Réau, en Seine-et-Marne, Jacqueline Sauvage a été examinée par une commission pluridisciplinaire de sécurité (un collège d'experts censé évaluer son degré de dangerosité). Il faut savoir que cette commission a délivré un avis défavorable à la libération de Jacqueline Sauvage, pourtant largement soutenue par l'opinion public.


Un avis qui restait consultatif, mais a pu entrer en compte dans la décision du tribunal d'application des peines de refuser la demande de la condamnée. Le parquet de Melun va faire appel de cette décision. 

Lire aussi

Et aussi

Lire et commenter