La Force du 13 : le nouveau parti politique de Guérini jette le trouble au PS

FRANCE
MARSEILLE – Démissionnaire du Parti socialiste et candidat à sa propre succession à la tête du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini va officiellement lancer son nouveau parti politique, la Force du 13, en vue des prochaines élections cantonales de mars prochain. Un nouveau mouvement en forme de défi au PS des Bouches-du-Rhône.

Le Parti socialiste n’avait sans doute pas besoin de cela. Laminé dans les Bouches-du-Rhône aux dernières élections municipales et sénatoriales, le PS départemental se lance maintenant avec fébrilité dans la campagne des élections cantonales de mars prochain.

La faute à l’actuel président du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, et de son nouveau mouvement politique appelé La Force du 13 . Objectif affiché : renouveler son mandat à la tête du puissant conseil général des Bouches-du-Rhône. Seul moyen pour y parvenir : siphonner une partie des voix de son ancien parti.

22 conseillers généraux PS appellent à une alliance

Un jeu politique qui risque de laisser un boulevard à l’UMP et le FN comme le redoutent 22 conseillers généraux de gauche. Dans un communiqué , ils appellent "à une large alliance des élus de la majorité sortante PS – Front de Gauche – Force du 13 – PRG". Problème de taille : le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a précédemment rappelé que faire campagne avec l’étiquette Jean-Noël Guérini n’était pas possible. "Il a été clair sur cette décision, il ne reviendra pas dessus", affirme la sénatrice PS, Samia Ghali.

Contacté à ce sujet, M. Cambadélis n’a pas donné suite à nos sollicitations. Selon nos informations, il devrait dans les prochaines heures rencontrer ou discuter avec les élus signataires de l’appel au rassemblement avant la tenue samedi à la Mutualité du conseil national du PS.

"Chacun devra dire qui est avec qui", prévient le député PS et conseiller général, Henri Jibrayel qui appelle à un large rassemblement autour du PS pour les prochaines élections. Vu l'état des tractations, la partie est encore loin d’être gagnée.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter