La frayeur des habitants du village de Jausiers, près de l'épicentre du séisme

La frayeur des habitants du village de Jausiers, près de l'épicentre du séisme

DirectLCI
TREMBLEMENT DE TERRE – La secousse de magnitude 5 ressentie lundi soir dans une bonne part du quart sud-est de la France avait pour épicentre dans les Alpes-de-Haute-Provence à Châteauroux-les-Alpes. A 8 km de là, dans la commune de Jausiers, les habitants sont encore sous le choc.

De mémoire de Jausiérois, une telle secousse n’avait pas été ressentie depuis bien longtemps. Située à 8 kilos de l’épicentre, cette petite commune de 1187 habitants dans la vallée de l’Ubaye est habituée aux séismes, mais pas comme celui de lundi soir . "C’est la première fois en quarante ans qu’il y en a un comme ça", témoigne Stéphane Collomb, premier adjoint à la mairie. A très exactement 21 h 27 précises, l’élu a compris ce qu’il se passait.

"J’étais tranquillement chez moi avec ma famille et je n’ai pas eu de doutes quand j’ai entendu ce grondement qui s’approchait de nous et cette vibration dans la foulée". Une vibration "très sourde", décrit Jean-David, gérant d'un bar-restaurant de la rue principale de Jausiers. "Ça n’a pas duré très longtemps, une dizaine de secondes, mais ce n’était pas évident de rester debout", assure le jeune homme.

De nombreux dégâts

Premier effet du tremblement de terre, tous les cadres du restaurant de Jean-David sont tombés. "Par chance, les verres eux ne sont pas cassés", dit-il un brin rassuré. A l’extérieur des bâtiments, les dégâts eux sont bien visibles. "Beaucoup de cheminées se sont déchaussées relate Stéphane Collomb. Quelques-unes sont tombées, d’autres menacent". Par précaution, les sapeurs-pompiers sécurisent les sites dangereux notamment près de l’école communale.

Signe que le tremblement de terre a touché de nombreuses habitations, "la mairie est prise d’assaut depuis ce matin par les habitants pour faire constater les dégâts" souligne l’élu. "Une dame venue d’un hameau voisin m’a même dit que le plafond de sa cuisine était tombé", ajoute-t-il. "Certains ont peur de rentrer chez eux poursuit Stéphane Collomb. On ne va pas dire qu’ils sont terrifiés mais il y a la psychose de subir une nouvelle secousse".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter