La fronde du personnel hospitalier de Pasteur 2 contre le manque d’effectif

FRANCE
DirectLCI
SOCIAL – Les salariés de l’hôpital Pasteur 2 de Nice se sont réunis lundi et mardi devant l’entrée du nouvel hôpital. Ils dénoncent des effectifs insuffisants et sont inquiets pour la qualité des soins.

"Ce n’est pas tant la charge de travail que nous dénonçons, c'est le fait qu’avec nos effectifs, on ne peut plus garantir ni la qualité ni la sécurité de la prise en charge des patients". Comme Elodie Rose, infirmière en orthopédie,une centaine de salariés se sont relayés lundi et mardi pour dénoncer le manque de personnel. "Nous sommes rarement en grève, mais là on est obligés de se mobiliser. La direction dit qu’elle va réévaluer la situation dans six mois, mais on connaît le refrain : on va nous dire qu’on a su se débrouiller en sous-effectif, et qu’il n’y a donc aucune raison de changer", s’agace Charlotte Roux, infirmière.

>> Diaporama On a visité le nouvel hôpital Pasteur 2

100 postes créés selon la direction

Le personnel hospitalier gréviste accuse la direction d’avoir profité du déménagement de l’hôpital pour en réorganiser le fonctionnement. Depuis l’ouverture de Pasteur 2, le service orthopédie a perdu une infirmière et une aide soignante. "Un des aspects de l’orthopédie, c’est d’être à l’écoute des patients, de les rassurer, il y a une dimension humaine très importante, rendue impossible par manque de moyens humains", regrette une infirmière.

En traumatologie, les effectifs sont passés de deux infirmières et trois aides-soignantes pour vingt et un patients auparavant à deux infirmières et deux aides-soignantes (+ une de nuit) pour vingt-huit patients. "Le burn-out, ce n’est pas qu’à la télé ou dans la presse, c’est une réalité dans les hôpitaux » lâche Charlotte Gauchet, elle aussi infirmière. Xavier sort d’une consultation en rhumatologie. Il a signé la pétition de soutien aux salariés. "S’il y a bien un domaine dans lequel je ne veux pas entendre parler d’économie, c’est la santé. Soigner la population, ce n’est pas une affaire de gros sous, c’est une nécessité", s’emporte-t-il.

Rendez-vous à Cimiez

De son côté, la directrice générale adjointe du CHU de Nice, Chantal Carroger, affirme avoir reçu les 3 et 5 juin les syndicats CGT et une délégation de personnel. "C’est normal que les soignants aient des craintes avec un tel déménagement. C’est un changement énorme. Nous avons pris en compte leurs inquiétudes. Nous avons d’ores et déjà créé 100 postes de soignants à Pasteur 2. Il faut maintenant attendre que le nouvel hôpital atteigne son rythme de croisière, d’ici à septembre prochain, pour lister les problématiques de chaque service et ainsi procéder à des ajustements. D’ici là, nous avons pris des engagements, notamment pour le manque d’infirmière de nuit dans les services d’orthopédie et de traumatologie", rassure-t-elle, affirmant "que la qualité et la sécurité des soins ne seront pas remis en cause avec l’ouverture de Pasteur 2". Ce mercredi, la grève est reconduite. Un rassemblement est prévu à 8 heures à Cimiez "pour enfin pouvoir être reçu par le directeur", espère Laurent Gleizes, responsable syndical CGT du CHU de Nice.
 

Lire et commenter