La Grande Guerre vue du Midi

La Grande Guerre vue du Midi

DirectLCI
BANDE DESSINEE – A travers "La Faute au Midi" présenté ce week-end à l’occasion du festival de la bande-dessinée d’Aix-en-Provence, l’historien Jean-Yves Le Naour revient sur un épisode méconnu de la 1ère guerre mondiale. Pour minimiser sa défaite dans la première bataille de 1914, le Maréchal Joffre renvoie la faute aux soldats du Midi.

Comment avez-vous découvert cette histoire ?
Comme la plupart des gens, je l’ignorais. Je l’ai découverte en préparant ma thèse d’histoire. Je suis tombé par hasard dessus en dépouillant des articles de presse de l’époque parlant du "scandale du 15ème corps" (une unité de l’armée de terre composée de soldats d’Antibes, Toulon, Aix et Marseille), ndlr et de leur responsabilité dans la défaite de la bataille de Lorraine qui avait fait 10 000 morts.

Pourquoi ont-ils été accusés ?
Les autorités militaires et le Maréchal Joffre se sont défaussés et ont fait accuser les méridionaux pour expliquer l’échec de la bataille. L’armée Française était composée de soldats avec des baïonnettes alors qu’en face, les Allemands utilisaient des mitraillettes. Ils se sont fait déchiqueter.

Existait-il une forme de racisme envers les méridionaux à cette époque ?
Oui, on les voyait avant-guerre comme des paresseux, des rongeurs de budget car le sud était moins industrialisé que le nord. On estimait qu’ils profitaient des impôts. En plus, ils votaient pour des partis de gauche qui militaient pour la redistribution des richesses.

Mais comment les autorités ont-elles fait croire à la lâcheté des soldats du sud ?
Il a suffi d’un article de presse dans le journal Le Matin. Un journal très sérieux et pour l’opinion, si la censure d’Etat ne l'avait pas interdit, c’est que l’histoire était vraie. En revanche dans le Midi, ça a été l’insurrection. A Marseille, un arrêté municipal a interdit la vente du journal. A Toulon, il a été brûlé sur la place publique. Ailleurs, les parlementaires sont montés au créneau. Imaginez, on tue vos enfants et on leur crache dessus.

Comment l’image des soldats s’est-elle améliorée ?
Quand vous êtes calomniés, vous avez tendance à surréagir. C’est ce qu’il s’est passé avec le 15ème corps. A la fin de la guerre, il a été le deuxième régiment le plus décoré.

La Faute au Midi. Texte : Jean-Yves Le Naour. Dessin : A.Dan. Editions : Grand Angle.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter