La "haine" entre les deux frères agriculteurs se termine au tribunal

FRANCE
DirectLCI
JUSTICE - Un agriculteur et ses deux fils ont été condamnés jeudi soir par le tribunal correctionnel de Nantes, pour des coups de fourche sur leur neveu et cousin. Il avait également été "tabassé", "ligoté" au niveau des chevilles et traîné "sur une dizaine de mètres", selon le parquet.

C'est une "scène un peu folle", selon le parquet, et surtout le dernier épisode en date d'une "haine" entre deux frères agriculteurs, associés au sein de la même exploitation, qui a déteint sur leurs fils... Le 11 juillet 2008, la victime avait en effet reçu un coup de fourche à la tête par son oncle, et avait été  "tabassé", "ligoté" au niveau des chevilles et traîné "sur une dizaine de mètres" par ses cousins.

Le tribunal correctionnel de Nantes a ainsi condamné jeudi à des amendes un agriculteur de Derval (Loire-Atlantique) et deux de ses fils pour ces "violences" commises ensemble sur leur neveu et cousin, qu'ils jugeaient responsable des dégradations sur leur matériel d'irrigation. Bernard G., 58 ans, et ses deux fils de 26 et 30 ans Romain et Freddy, devront également payer 1.000 euros de dommages et intérêts à Gaëtan G., leur victime, qui en demandait 6.000...

Un ancien adjoint au maire

Arrivé en renfort, le père de la victime, Jean-Yves, aurait lui-même chargé avec son tracteur les voitures des prévenus... Lui aussi aurait dû être jugé jeudi devant le tribunal correctionnel, mais cet ancien premier adjoint de la commune est mort en juin 2009 dans des conditions tragiques .

Une "haine", donc, qui avait déjà abouti six ans plus tôt, en 2002, au partage de la ferme familiale : l'un des deux frères avait pris la production laitière et l'autre l'élevage de porcs. "Ils s'étaient aussi partagés les parcelles... mais le matériel d'irrigation de l'un passant sur les terres de l'autre, ils étaient condamnés à s'entendre", raconte Me Cyril Dubreil , l'avocat de Gaëtan. La cohabitation a dégénéré au fil des ans, des récoltes étant mystérieusement "détruites" et les plaintes se succédant à la gendarmerie de Derval...

Une "explication un peu virile"

"Ce jour-là, ils ne se sont pas allés à la rencontre de Gaëtan avec une quelconque volonté d'action punitive, avait pourtant plaidé l'avocat des trois prévenus. L'après-midi, Bernard s'était ainsi rendu à la gendarmerie pour signaler un problème sur son matériel d'irrigation : en été, c'est primordial quand on exploite des céréales."

Selon lui, c'est la "volonté particulièrement belliqueuse" de son défunt frère, arrivé en renfort peu de temps après le début d'une "explication certes un peu virile" qui aurait envenimé la situation. Le fameux coup de fourche aurait quant à lui été donné en représailles aux "insultes" et aux "coups de pied" de la victime à l'un de ses cousins, qui se trouvait alors au sol. La demande de relaxe pure et simple de ce dernier a toutefois été rejetée par le tribunal.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter