La jeune femme agressée sexuellement dans le métro lillois raconte son calvaire

La jeune femme agressée sexuellement dans le métro lillois raconte son calvaire

DirectLCI
FAITS DIVERS – La jeune femme agressée sexuellement dans le métro de Lille, mardi soir sans que personne n’intervienne a raconté son calvaire à la Voix du Nord. Un témoignage qui fait froid dans le dos.

Un récit édifiant. Après avoir été agressée pendant une demi-heure sous l’œil de passants sans réaction dans le métro de Lille mardi soir, la jeune femme victime d’attouchements a raconté les détails de son calvaire . Dans les colonnes de La Voix du Nord , cette mère de famille originaire de Tourcoing revient sur cette fin de soirée qui a très mal tourné.

Dès son entrée dans la station de métro CHR Calmette, elle est abordée par son agresseur. "Il avait une bouteille de vodka à la main et sentait l’alcool. Il a commencé à me bloquer et à me toucher." La jeune femme se rend jusqu’au quai du métro mais son agresseur la suit toujours. "Il disait que j’étais belle, que j’étais une pute et qu’il appellerait son cousin pour venir me violer", raconte-t-elle dans le quotidien nordiste.

Personne ne m’a aidée

Elle revient aussi sur l’absence de réaction des autres passagers présents dans la station de métro ce soir-là. Les gens se sont écartés, personne ne m’a aidée. Je me suis mise à côté d’un homme mais il n’a rien fait. Pire, lorsque le métro arrive, les autres passagers préfèrent prendre une autre rame la laissant seule face à son agresseur. Le cauchemar se poursuit avec des attouchements sexuels. Il m’a aussi craché dessus, mis des claques", poursuit cette mère de famille.

A la station suivante, la jeune femme parvient à s’échapper. Son agresseur la suit encore et elle doit arrêter des voitures en circulation pour mettre fin à son calvaire qui aura duré une bonne vingtaine de minutes. Interpellé grâce à l’aide de vigiles du CHR de Lille, l’agresseur a été jugé ce jeudi.

18 mois de prison

Abdelnour Benaicha, 19 ans et connu de la police pour des vols avec violence , a été condamné à 18 mois de prison . De nationalité marocaine, il est également interdit de territoire pour deux ans et inscrit au fichier des délinquants sexuels.

Malgré le traumatisme, la victime confie aussi à La Voix du Nord qu’elle reprendra le métro. "Je n’ai pas le choix, je n’ai pas de voiture. Mais j’espère qu’aucune autre femme ne subira la même chose."

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter