La nomination de Valls ne plait pas aux opposants de Notre-Dame-des-Landes

La nomination de Valls ne plait pas aux opposants de Notre-Dame-des-Landes

DirectLCI
NOTRE-DAME-DES-LANDES – Françoise Verchère, conseillère régionale (Parti de Gauche) des Pays de Loire et présidente du Cedpa, collectif d'élus opposé à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, fait part de sa "perplexité" après l’annonce de la nomination de Manuel Valls à Matignon.

Manuel Valls nommé à Matignon : quel impact sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ? Françoise Verchère, conseillère régionale (Parti de Gauche ) des Pays de Loire et présidente du Cedpa, collectif d'élus opposé à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, s’est dit "perplexe", lundi soir.

"J'ose espérer que Manuel Valls ne voudra pas montrer qu'il est fort, qu'il est un homme d'ordre et qu'il ne va pas se rappeler qu'il était ministre de l’Intérieur trop tôt", a-t-elle déclaré, étant opposée à un passage en force sur ce projet de transfert de l'aéroport de Nantes. "Je n'ai pas trop envie de le voir montrer ses muscles à Notre-Dame-des-Landes".

"Rappeler à Montebourg qu'il est contre ce projet"

150 à 200 personnes, des "Zadistes", vivent sur le site prévu pour accueillir la nouvelle infrastructure, et se sont opposées à plusieurs reprises aux forces de l'ordre, notamment lorsque ces dernières sont intervenues pour les expulser ou lors de manifestations. Interrogée sur le départ de Jean-Marc Ayrault, ancien député-maire de Nantes et fervent partisan du projet, Françoise Verchère a déclaré "oser espérer" que ceci "va permettre de relâcher un peu l'omerta et la pression" sur ce dossier.

"J'espère qu'on va peut-être pouvoir avoir un rendez-vous avec un ministre de l'Environnement, qu'on n'a encore jamais eu", et que ce départ "va faire bouger des députés socialistes qui n'osaient pas bouger, car c'était le projet de Jean-Marc Ayrault, et rappeler à Arnaud Montebourg qu'il était contre ce projet".

L’élue s’est cependant dit "perplexe sur la réponse" du président de la République après le revers aux municipales : "Il est sanctionné car il n'a pas fait une politique de gauche et la réponse c'est de mettre Manuel Valls" à Matignon, qui "me paraît avoir défendu la ligne plutôt libérale-démocrate. Je ne suis pas sûre que ce soit la politique que les gens de gauche demandent".
 

Plus d'articles

Sur le même sujet