La Redoute : la direction accentue la pression

La Redoute : la direction accentue la pression

DirectLCI
SOCIAL – Après le refus du plan social, des salariés de La Redoute bloque ce mercredi l'accès site industriel de La Martinoire, à Wattrelos. Le groupe Kering met dans la balance les financements prévus pour redresser l'enseigne nordiste et évoque l'hypothèse d'une "défaillance de l'entreprise."

Chacun reste sur ses positions. Des salariés de La Redoute ont bloqué ce mercredi les entrées du site industriel de La Martinoire, à Wattrelos. Une action qui intervient au lendemain d'un vote de rejet du protocole d'accord sur le plan social .

Cette prise de position est vivement critiquée par la maison mère Kering . Celle-ci déplore les actions de blocage, affirmant qu'elles "éloignent chaque jour davantage les perspectives d'un redressement de l'entreprise".

"Prendre ses responsabilités"

L'actionnaire principal appelle chacun "à prendre ses responsabilités" : "Kering considère que les propositions formulées lors de la dernière réunion du lundi 17 mars sont fermes et définitives, indique-t-il dans un communiqué. L'avenir est aujourd'hui suspendu à l'acceptation ou au refus de l'accord sur les mesures d'accompagnement social mis à la signature ce jeudi 20 mars."

Le groupe assure avoir pris "toutes ses responsabilités d'actionnaire dans le cadre du processus de cession", en rappelant son engagement financier à hauteur de 520 millions d'euros. "Le refus de signer l'accord priverait définitivement l'entreprise des financements engagés dans le cadre de la cession, y compris dans l'hypothèse d'une défaillance de l'entreprise." La direction avait présenté lundi soir à Roubaix les grandes lignes de ce protocole d'accord sur les mesures sociales, après l'annonce le 9 janvier de la suppression de 1.178 des 3.437 postes sur quatre ans.

Plus d'articles