La Redoute: le bras de fer continue

La Redoute: le bras de fer continue

DirectLCI
SOCIAL – La direction a annoncé ce lundi suspendre les négociations, car le site de la Martinoire à Wattrelos est toujours bloqué. Les salariés réclament toujours des indemnités de départ plus importantes et vont poursuivre la mobilisation cette semaine.

Les salariés en colère de La Redoute veulent poursuivre la lutte. La direction de l’enseigne nordiste de vente à distance a annoncé ce lundi suspendre les négociations sur des conditions de départs. Selon elle, pas question de négocier tant que le site industriel de La Martinoire à Wattrelos restera bloqué. Une autre réunion est prévue lundi 17 mars.

Le plan de licenciements prévoit la suppression de 1 178 postes sur quatre ans. "C'est du chantage, tout était décidé à l’avance, réagit Jean-Christophe Leroy, délégué syndical CGT, au milieu de salariés réunis devant le siège. Nos revendications sont légitimes. Nous allons nous battre."

Les blocages maintenus

L'intersyndicale réclame 40 000 euros euros d'indemnités de départ et 1 500 euros par année d'ancienneté, tandis que la direction a annoncé ne pas vouloir aller plus loin que 15 000 euros d'indemnités de départ et 750 euros par année d'ancienneté.

L'assemblée générale a voté le maintien des blocages à la Martinoire. Une manifestation devrait avoir lieu ce jeudi à Tourcoing. De son côté, Martine Aubry, maire de Lille et présidente de la communauté urbaine, a demandé aux syndicats, sur France Bleu Nord, d’accepter les propositions de la direction pour "vite redresser cette entreprise pour qu'elle retrouve un avenir".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter