La Région Midi-Pyrénées n'échappe pas à la percée du FN

FRANCE
DirectLCI
EUROPEENNES – Le parti de Marine Le Pen arrive en tête dans le Sud-Ouest au soir des élections européennes et envoie trois députés au parlement de Strasbourg. Le PS maintient son nombre de sièges tandis que l'UMP en perd deux.

Le Front national arrive aussi en tête dans le Sud-Ouest. Le parti de Marine Le Pen, sorti vainqueur du scrutin européen dans les trois régions de la circonscription (Aquitaine, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées) devant l'UMP et le PS, envoie trois eurodéputés à Strasbourg.

Avec 24,71% des voix, la liste conduite par le vice-président du FN, Louis Aliot, 44 ans, connaît une ascension spectaculaire en obtenant quatre fois plus de voix qu'en 2009 (5,94%). Il devance celle de l'ancienne ministre UMP Michèle Alliot-Marie (18,51%) : celle-ci recule de plus de huit points (26,81% en 2009). La liste du PS-PRG, conduite par Virginie Rozière, dont c'était la première campagne, recueille seulement 15,73% des voix contre 17,72% au précédent scrutin.

Recul de l'UMP, le PS stable

L'UMP est la grande perdante de l'élection : le parti de Jean-François Copé perd deux sièges par rapport à 2009. Les socialistes radicaux conservent leurs deux mandats.

Parmi les autres personnalités, José Bové (EELV) conserve son siège malgré un net recul de sa formation : en quatre ans, il perd 4% de voix (de 15,83% à 11,48%). Jean-Luc Mélenchon (PdG) est réélu avec un résultat stable : 8,57%, contre 8,16% en 2009.

En Midi-Pyrénées, la poussée de l'extrême droite est particulièrement significative en Ariège, terre traditionnellement de gauche, où le parti de Marine Le Pen devance le PS avec 23,93% des voix. A Toulouse, le FN occupe la 4e place (18,08%), derrière l'UMP, le PS-PRG et EELV.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter