La région Nord-Pas-de-Calais gèle ses paiements à la SNCF

La région Nord-Pas-de-Calais gèle ses paiements à la SNCF

DirectLCI
TRANSPORT - Le conseil régional dénonce une réduction des heures d'ouverture des guichets d'une douzaine de gares régionales.

Le conseil régional tape du poing sur la table. La région Nord-Pas-de-Calais, en désaccord avec la SNCF sur une réduction des heures d'ouverture des guichets d'une douzaine de gares , a suspendu les versements des acomptes dus pour l'exploitation des TER.

Le non-versement à la SNCF des deux premiers acomptes trimestriels - de 55 millions d'euros chacun, soit 110 millions d'euros sur une contribution annuelle de 250 millions d'euros- intervient au moment même où les deux parties s'apprêtent à renégocier la convention qui les lie pour le trafic des TER. L'actuelle vient à échéance fin 2014.

Une désaffection des clients

La directrice régionale de la SNCF, Odile Fagot, a justifié la réduction unilatérale des heures d'ouverture depuis le 1er février, notamment à Roubaix, par la désaffection des clients, qui privilégient les abonnements, en ce qui concerne les TER, et les commandes par Internet, pour les TGV.

Selon la direction de la SNCF, les mesures que critique la Région ont une évidente logique économique et la SNCF était parfaitement en droit de les prendre. "Selon la convention en cours, les dessertes sont bien définies, mais l'opérateur (la SNCF, ndlr) a une marge de manœuvre pour ce qui est de la distribution des billets", a affirmé la directrice.

Un préjudice porté aux clients 

Odile Fagot a appelé de ses vœux l'ouverture rapide des négociations pour la future convention, estimant que "si le conseil régional fixe parmi les objectifs un certain temps de présence des agents dans les gares, alors une rémunération équilibrée de ce service devra être établie".

Le vice-président régional chargé des transports, Alain Wacheux, a rétorqué que les économies faites par la SNCF étaient faibles - "moins de 300.000 euros, selon notre évaluation"- en regard du préjudice porté aux clients avec "un service" désormais "illisible".

Des gares désertes

Quand les gares paraissent désertes, le risque est de "faire fuir, non seulement les clients habituels, mais aussi les nouveaux clients potentiels", alors que la Région entend favoriser les transports publics.

"Nous trouvons que nous payons assez cher pour que soit introduite une notion d'intérêt public", a dit Alain Wacheux, en soulignant le consensus sur ce point avec l'opposition de droite du conseil régional, dominé par le PS et ses alliés.

Le conseil régional a voté à l'unanimité vendredi en plénière une motion demandant à l'entreprise de mieux traiter le Nord-Pas-de-Calais, qui s'inquiète aussi d'une possible réduction des liaisons TGV Paris-Arras. Les élus régionaux ont demandé à auditionner le patron de la SNCF, Guillaume Pépy.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter