L'ADN chimique, la nouvelle arme anti-cambriolage

L'ADN chimique, la nouvelle arme anti-cambriolage

DirectLCI
SECURITE- La ville d'Aubagne a été choisie pour expérimenter un nouveau dispositif de marquage chimique. Quelque 700 foyers vont être équipés d’un kit pour marquer les objets susceptibles d’être volés.

Joseph n’a jamais été victime de cambriolage. "Mais mon entourage si !", souligne cet habitant d’Aubagne. Voisin vigilant depuis deux ans – dispositif d'entraide destiné à faire baisser le nombre de cambriolages –, il va prochainement tester un kit d’ ADN chimique censé dissuader les malfaiteurs de commettre une infraction dans les habitations. "Au début, j’étais un peu dubitatif, mais je pense que ça peut marcher", assure-t-il, un flacon à la main.

De la taille d’un rouge à lèvres, celui-ci contient un petit pinceau servant à marquer les bijoux, les ordinateurs ou tout autre objet de valeur habituellement convoité par les voleurs. "Une seule touche suffit pour laisser une empreinte inodore et incolore", indique Didier Cottin, responsable général France de la société Smartwater , choisie par la préfecture de police des Bouches-du-Rhône pour distribuer 700 flacons dans les foyers d’Aubagne.

Effet préventif

À 90 euros le kit contenant aussi des autocollants à poser sur les portes et fenêtres, la facture s’élève à "quelques milliers d’euros", indique le maire UMP de la commune, Gérard Gazay, convaincu de "l’effet préventif" du dispositif. En 2014, 600 cambriolages ont été constatés dans sa commune.

LIRE AUSSI >>> Grand Littoral adopte l'ADN chimique contre les braqueurs

"Ce traçage chimique est une protection complémentaire", indique la commissaire Sandrine Destampes, chef de circonscription de la sécurité publique. "Ça permet aussi de lutter contre le recel", poursuit-elle.

Équipés d’une lampe à UV, les enquêteurs peuvent ainsi identifier les objets volés pour les rendre à leur propriétaire. "C’est aussi un élément de preuve lors d’un procès", ajoute Sandrine Destampes. "D’autant que chaque ADN est unique. Le code est préservé dans une banque de données en Angleterre", précise Smartwater.

Un dispositif à connaître

Première ville de France à tester ce système dans plusieurs quartiers, Aubagne fera un retour d’expérience dans les prochains mois. Une manière de voir si le jeu en vaut la chandelle. Et surtout si les infractions dans les domiciles baissent grâce à ce dispositif.

"Des quartiers en Angleterre ont vu le nombre de cambriolages baissés de 100 %", assure Didier Cottin persuadé que les cambrioleurs se méfient des traceurs chimiques. "Encore faut-il qu’ils soient au courant du dispositif, s’interroge une habitante d’Aubagne pas encore tout à fait convaincue du système. Si le malfaiteur est vraiment déterminé, je ne vois pas pourquoi ça l’arrêterait".
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter