Laguiole dépossédée de son nom : le cri de colère des habitants

Laguiole dépossédée de son nom : le cri de colère des habitants

DirectLCI
COMMERCE – Les riverains du village aveyronnais ont manifesté jeudi matin pour dénoncer la spoliation du nom de leur commune. Une nouvelle décision de justice empêche les commerçants de fabriquer des produits labellisés "Laguiole".

Les habitants de Laguiole appellent à la solidarité des communes de France. Dépossédé de l'usage commercial de son nom, le village aveyronnais avec à sa tête élus, commerçants et habitants ont lancé jeudi un cri d'alerte. La manifestation intervient après que la commune a été condamnée à verser 100.000 euros à Gilbert Szajner, un entrepreneur du Val de Marne qui a déposé la marque Laguiole en 1993.

"Une catastrophe surnaturelle"

"Nous lançons un appel à solidarité auprès des 36.000 communes de France. Les collectivités s'entraident quand il y a des catastrophes naturelles. Nous, nous sommes victimes d'une catastrophe surnaturelle!", explique Vincent Alazard, le maire du village Le chef trois étoiles Michel Bras ainsi que de nombreux agriculteurs, commerçants, fromagers, couteliers et élus du territoire étaient présents. Depuis quelques années, la commune aveyronnaise se trouve en conflit avec Gilbert Szajner qui commercialise la marque pour vendre des couteaux importés et d'autres produits fabriqués en Chine ou au Pakistan. Le 4 avril, la cour d'appel de Paris a débouté la commune de 1.300 habitants qui souhaitait voir la justice reconnaître "une spoliation", une pratique commerciale "trompeuse" et une "atteinte à son nom, à son image et à sa renommée".

"Il n'a généré que de l'emploi en Chine"

Thierry Moysset, patron de la Forge de Laguiole, à la tête de 110 salariés, dénonce une situation ubuesque. "C'est quand même fou que les Laguiolais soient condamnés à payer pour un mec qui s'enrichit sur la notoriété de Laguiole et le travail de nos ancêtres. Gilbert Snajer n'a généré de l'emploi qu'en Chine ou au Pakistan tandis que nous sommes le plus gros employeur de Laguiole". Dans un communiqué, les ministres Arnaud Montebourg et Valérie Fourneyron ont rappelé que la loi du 17 mars 2014 a été adoptée pour permettre d'éviter ce genre de "situation regrettable". Mais le dispositif législatif n'étant pas rétroactif, à Laguiole on sait déjà qu'on ne pourra pas en bénéficier.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter