"L'ami" Facebook détournait les photos d'une étudiante sur un site porno

FRANCE
DirectLCI
FAIT DIVERS - Un jeune homme a été condamné ce mardi, par le tribunal correctionnel de Lille à un an de prison avec sursis pour avoir volé des photos sur le Facebook d'une de "ses amies", puis de les avoir truqué et diffusé sur des sites pornographiques.

L'ami Facebook, un statut bien particulier. Un statut qui peut parfois être dangereux. Marie*, une jeune étudiante en a, en tout cas, fait les frais , comme le révèle La Voix du Nord . Sa mésaventure démarre en 2012 à Lille. A côté de ses études, elle devient serveuse à mi-temps dans un bar du Vieux-Lille. Là, elle rencontre Julien, un collègue avec qui elle sympathise. 

A la fin de l'année scolaire, Marie quitte Lille pour Marseille. Julien devient alors un simple "ami Facebook", une lointaine connaissance qui a toutefois accès à toutes les informations postées sur le profil de l'ex-serveuse. Un beau jour, la jeune femme reçoit un mail anonyme. Le ton est particulièrement inquiétant, affirmant que des clichés d'elle circulent sur un site pornographique.

1 ans de prison avec sursis

Paniquée, elle se précipite sur le lien et tombe sur un forum qui propose à des hommes de publier des photos de connaissances, puis de se masturber devant et de reposter les clichés maculés de sperme. Le visage de Marie apparaît, grossièrement collé sur des corps prenant des poses dénudées et osées. Elle repère également une autre fille qui travaillait avec elle à Lille. Dès lors, elle est persuadée que c'est Julien qui est derrière ce détournement.

Elle décide de piéger son ex-collègue en publiant une photo sur son compte Facebook, une photo qui se retrouve dès le lendemain sur le forum. Dès lors, Marie porte plainte à Marseille contre le serveur lillois. Le procès s'est tenu mardi à Lille. Julien a présenté ses excuses à la barre. La procureur a d'ailleurs rappelé qu'il a été condamné en février 2014, dans une autre affaire, à un de prison avec sursis pour détention d’images pornographiques pédophiles. La magistrate a requis un an de prison avec sursis, peine qui ne sera pas discutée par l’avocat de la défense, eu égard à la gravité des faits. Il devra également verser 6 000 euros à sa victime.

* Le prénom a été modifié

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter