L'appel au don des parents de la petite Chloé, en attente d'une greffe du cœur

FRANCE

URGENCE - Les parents d'une fillette de deux ans et demi, Chloé, atteinte d'une grave maladie du cœur nécessitant une greffe, tentent de mobiliser pour trouver un donneur.

Un appel à l'aide. Alexandre et Sabrina sont les parents de la petite Chloé, une fillette qui, du haut de ses deux ans et demi, lutte contre une maladie qui affecte directement son cœur. Depuis plusieurs mois maintenant, ces deux professionnels de santé de la région de Rouen accompagnent leur enfant qui a besoin d'une greffe pour continuer à vivre, rapporte RMC .

Chloé, actuellement en soins à l'hôpital Necker-Enfants malades, dans le 15e arrondissement de Paris, est en effet atteinte d'une "Cardiomyopathie dilatée hypokinétiquea très sévère" qui empêche le cœur de fonctionner normalement. Depuis le 16 septembre, précise le site, la fillette, dont le cœur ne fonctionne qu'à 10% de ses capacités, est reliée à une assistance respiratoire et un cœur artificiel.

Un tiers des demandeurs greffés

Bien que sur liste d'urgence, comme le précise le site Normandie-actu , le don dont doit bénéficier Chloé est rare. "Il faut un autre enfant quasiment du même âge, du même groupe sanguin et il faut que ses parents acceptent donc ça réduit énormément ses chances", explique à la radio le père de la fillette. Avec son épouse, il tente de mobiliser et d'informer pour inciter les parents à s'inscrire dans cette démarche souvent douloureuse mais tellement généreuse du don d'organes. Une page Facebook dédié à Chloé et sa situation a notamment été ouverte : facebook.com/atoutcoeur76 .

En 2013, 18 976 personnes étaient en attente de greffes, selon l'agence de biomédecine. 410 patients ont reçu une greffe de cœur. La grande majorité des donneurs sont des personnes qui décèdent à l'hôpital en état de mort encéphalique suite à un arrêt vasculaire cérébral ou un traumatisme crânien. Des causes de décès rares chez l'enfant. Selon la Fédération des associations pour le don d'organes et de tissus humains (FranceAdot), un tiers des demandeurs seulement est greffé et 500 décèdent avant de recevoir un appel.
 

Lire et commenter