L'ascension fulgurante du "Sarkoboy" nordiste, Gérald Darmanin

L'ascension fulgurante du "Sarkoboy" nordiste, Gérald Darmanin
FRANCE

POLITIQUE – A seulement 31 ans, le député-maire de Tourcoing a été choisi par Nicolas Sarkozy pour être son porte-parole dans la campagne pour la présidence de l'UMP. Portrait de la caution jeune de l'équipe de campagne de l'ex-chef de l'Etat.

C'est le nouveau porte-parole de Nicolas Sarkozy et l'une des valeurs montantes de l'UMP. A seulement 31 ans, le député-maire de Tourcoing (Nord) Gérald Darmanin portera la parole de Nicolas Sarkozy, durant toute la campagne pour la présidence de l'UMP.

En seulement quatre ans, le parcours de cet ancien cadre du privé a été fulgurant : de conseiller municipal de Tourcoing (depuis 2008), il est passé à conseiller régional (de 2010 à 2012), député du Nord (en 2012) – à la place de son mentor Christian Vanneste écarté pour ses déclarations jugées homophobes – pour devenir enfin maire (en 2014) de la quatrième plus grande ville de la région et vice-président à Lille Métropole. Aujourd'hui, beaucoup le voient déjà décrocher, à terme, la présidence de la fédération départementale UMP du Nord.

"Pas sarkolâtre"

Ce proche de Xavier Bertrand aurait accepté ce poste de porte-parole, en échange de la promesse de primaires pour la présidentielle pour son allié-candidat. "Je ne suis pas sarkolâtre, mais Nicolas Sarkozy porte un discours de rassemblement et d'unité, indique-t-il à metronews. Il souhaitait rajeunir son équipe et avoir un maire qui a gagné une ville difficile à prendre."

La trajectoire de ce pur produit de la méritocratie républicaine a aussi pesé en sa faveur. Issu d'un milieu modeste – mère, femme de ménage, père, patron de bistrot -, Gérald Darmanin est né à Valenciennes en 1982. Militant RPR dès l'âge de seize ans, il rentre à Science-Po Lille, réside à Tourcoing. Puis en 2008, il devient directeur de campagne de Christian Vanneste pour les élections municipales.

Une verve lapidaire

Autre atout pour devenir un "sarkoboy" : une verve lapidaire. Qu'on retrouve régulièrement en direct, sur les réseaux sociaux et à l'assemblée lors des questions écrites au gouvernement. A Martine Aubry, qui le qualifie en off de membre de "la droite dure", et qui lui demandait pourquoi il était de droite à son âge, il rétorque du tac au tac : "et vous, pourquoi êtes-vous encore de gauche avec votre expérience ?"

"Il a un dynamisme époustouflant, c'est une machine à entreprendre, commente Bernard Gérard, député-maire (UMP) de Marcq-en-Baroeul et leader UMP de Lille Métropole. C'est aussi une personnalité déroutante ou dérangeante, c'est selon. C'est un talent qui va devoir faire les bons choix pour s'assurer un futur." Pour Marc-Philippe Daubresse, député-maire de Lambersart et patron départemental UMP, Gérald Darmanin est un jeune homme "très réactif, dynamique, mais aussi malin." Au point pour l'élu, de se méfier de lui pour ne pas se faire ravir son leadership nordiste.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent