Laurent Wauquiez à l'assaut de la super Région

FRANCE
DirectLCI
REGIONALES 2015 - Laurent Wauquiez a officialisé ce jeudi sa candidature à la présidence de la future région Rhône-Alpes/Auvergne. Député-maire UMP du Puy-en-Velay (Haute-Loire), secrétaire général de son parti, le natif de Lyon explique ce qui l'amène à se présenter aux élections prévues en fin d'année.

Pour quelles raisons briguez-vous la tête de la grande région  ?
"Je suis un enfant du lien entre Rhône-Alpes et Auvergne. Je suis né à Lyon, je vis en Haute-Loire avec ma famille, j'y suis élu… Je suis candidat pour apporter un nouveau souffle, une nouvelle dynamique à notre grande région, qui en a besoin. Le bilan de la majorité actuelle est marqué par une dette qui a explosé. L'argent public a été gaspillé, l'exemple le plus fort étant les 140 millions dépensés pour le nouveau siège de la région Rhône-Alpes, déjà trop petit vu le nombre de personnel."

Quelles seront vos priorités ?
"L'emploi sera ma première bataille. Aujourd'hui, aucun Rhônalpin n'est capable de citer un vrai dispositif de la région qui lui apporte un soutien. Rien pour les commerçants, rien pour les PME, rien pour les artisans, et très peu de chose pour l'agriculture. C'est cela que je veux secouer. Il faut aussi que dans leur vie quotidienne, les habitants sachent à quoi sert la région. Que ce soit pour le permis de conduire, les études, ou l'aide pour trouver un premier job ou pour porter un projet."

"Nous avons de l'or dans les mains"

Quelle est votre ambition pour la région ?
Nous avons de l'or dans les mains. Nous serons la sixième région européenne. Nous avons de très belles entreprises comme Michelin , Mérieux , Norbert Dentressangle , ainsi qu'un tissu de PME fabuleux, des paysages magnifiques. Cela me motive, j'ai envie d'y apporter du dynamisme et d'en faire la région leader et modèle en France.

A l'UMP, Michel Barnier est lui aussi candidat. Comment cela va-t-il se passer ?
Il faut que l'on soit dans une logique de rassemblement. Ma candidature, ce n'est pas celle d'un homme seul mais de toute une équipe, composée de la très grande majorité des parlementaires et des maires de la région. Mon souhait, c'est que Michel rejoigne notre équipe, il y a toute sa place.

"S'il faut passer par une primaire, nous le ferons"

Seriez-vous prêt à vous ranger derrière la candidature de Michel Barnier s'il est désigné ?
Si c'est la décision qui est prise par les élus de la région Rhône-Alpes/Auvergne, je la respecterai, bien sûr. Mais je suis là pour porter cette dynamique. Nous avons besoin de renouvellement, d'une nouvelle énergie et c'est ce que je veux essayer de porter. Et s'il faut passer par une primaire, nous le ferons, je n'ai aucune crainte en la matière.

Si vous êtes élu, que deviendront vos fonctions actuelles ?
Ma priorité sera la région. Cela m'amènera à faire des choix douloureux que j'assumerai. Je ne pourrai pas rester maire du Puy, mais je resterai fidèle à ce territoire. Concernant mon poste de secrétaire général de l'UMP, je pense qu'avoir un président de région avec un poids national fort, c'est la garantie pour les Rhônalpins et les Auvergnats d'être bien défendus.
 

Lire et commenter