"L'avenir du robot, c'est la collaboration avec l'être humain"

"L'avenir du robot, c'est la collaboration avec l'être humain"

HIGH-TECH – La cinquième édition d'Innorobo s'ouvre ce mercredi et durant trois jours à la Cité Internationale à Lyon. Au moins 15 000 personnes sont attendues et 500 robots de toutes les formes et de toutes les tailles venus d'une vingtaine de pays seront présents sur les 4 000 mètres carrés du salon dédié aux technologies robotiques. Catherine Simon, la présidente d'Innorobo, explique à metronews ce qui attend les visiteurs cette année.

Quelles sont les nouveautés de cette édition, et les robots les plus intéressants ?
Cette année il y a davantage de robots collaboratifs (qui travaillent en relation avec les humains, ndlr). Il y a par exemple "NextAge" , qui sert le café. Aldebaran Robotics présentera son petit androïde baptisé "Pepper" et qui est capable de lire les expressions faciales de ses interlocuteurs et d'adapter son discours en fonction de ce qu'il aura perçu. "Baxter" , lui, peut mémoriser les gestes à effectuer sur n'importe quelle ligne de montage quand son utilisateur lui prend la main et lui montre la manœuvre à suivre. La plupart sont des robots industriels, mais qui pourront à l'avenir débarquer à la maison. Rappelez-vous, les ordinateurs sont d'abord apparus dans les entreprises pour ensuite envahir notre quotidien.

L'avenir du robot, c'est vraiment la collaboration avec l'humain ?
Oui, nous nous dirigeons vers cela beaucoup plus que vers le robot autonome qui le remplace à 100 %. Il y a des choses qu'un être humain fait et qu'un robot aura toujours du mal à effectuer. A l'image d'un ordinateur et d'Internet, un robot peut modifier profondément la façon dont j'interagis avec les gens et dont je vis au quotidien, mais ne me remplace pas. C'est avant tout une aide.

Il y a aura aussi des "nanorobots" médicaux sur le salon. Comment cela fonctionne-t-il ?
Ce sont des robots microscopiques puisque à l'échelle nanométrique. Ils sont envoyés dans le corps d'un patient et se promènent via des champs magnétiques et peuvent aider au niveau du diagnostic. C'est donc bien moins puissant ou dangereux qu'un IRM et permet aussi de transporter et de déposer le médicament à l'endroit précis voulu par le médecin.

"Rhône-Alpes a tout pour devenir une grande région de la robotique"

Vendredi, le salon propose pour la première fois une journée entière ouverte au grand public. Souhaitez-vous susciter des vocations auprès des jeunes générations et des étudiants ?
Absolument. Il y a un désintérêt assez fort des occidentaux pour les études en sciences et techniques. Ils trouvent que c'est trop dur. Mais montrer que la robotique a des applications concrètes dans la vie réelle et que cela peut changer le quotidien contribue à susciter des vocations. Nous voulons aussi informer le grand public, lui dire de ne pas avoir peur des robots et lui permettre de les voir, de les toucher, de les tester…

L'année dernière, Lyon s'était portée candidate pour organiser la Robocup (un tournoi international de robotique, ndlr) en 2016. Mais la ville allemande de Leipzig l'a emporté. Pensez-vous que la capitale des Gaules peut aussi devenir celle de la robotique ?
Lyon et Rhône-Alpes ont tout ce qu'il faut pour devenir une grande région de la robotique en France et même en Europe. Il y toutes les briques technologiques nécessaires : l'électronique à Grenoble, le design et la mécanique à Saint-Etienne et à Lyon, le génie logiciel à Lyon, la mécatronique en Haute-Savoie… Certes, Lyon n'a pas eu la Robocup mais va postuler à nouveau, et un il y a un projet d'exposition dédiée à la robotique au musée des Confluences. La Métropole et la région sont très enthousiastes et investies dans ce domaine.

>> Innorobo . Du 1er au 3 juillet à la Cité Internationale à Lyon. 50, quai Charles-de-Gaulle. Infos : innorobo.com

A LIRE AUSSI >> PHOTOS - Les robots les plus innovants du salon Innorobo
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

Variant Omicron : le vaccin favorise-t-il l'infection au Covid via des "anticorps facilitants" ?

Jean-Michel Blanquer a annoncé le protocole sanitaire de la rentrée... depuis Ibiza

EN DIRECT - Covid : 464.769 nouveaux cas en 24 heures, une première en France

Est-ce à moi de payer le raccordement à la fibre de mon domicile ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.