Le conseiller municipal de Marseille et champion de natation, Frédérick Bousquet retourne à l’eau

FRANCE

COMPETITION - Blessé à l'épaule droite, le double champion d'Europe sur 50 m libre, Frédérick Bousquet, a été privé de compétition durant 15 longs mois et c'est impatient mais aussi très anxieux qu'il replonge, dès vendredi lors du meeting de Courbevoie de natation en grand bassin.

De l’hémicycle politique au bassin olympique. Après une longue période d’absence à la suite d’une blessure à l'épaule, Frédérick Bousquet , troque son costume de conseiller municipal, chargé de la capitale européenne du sport en 2017, pour le slip de bain . Privé de compétition depuis 15 longs mois, il participera dès vendredi au meeting de Courbevoie de natation en grand bassin. "Je suis à la fois heureux, impatient et stressé. Ça me fait un peu peur, je ne sais pas du tout à quoi m'attendre", souligne Bousquet dans un entretien à l'AFP.

Alors qu'il fêtera ses 34 ans en avril, Bousquet, vice-champion du monde en 2009 (50 m libre) n'en a pas fini avec la natation. Et ce n'est pas cette longue blessure qui l'a fait changer d'avis. "Il y a encore de belles choses à faire. J'ai encore à en profiter. Je viens de vivre la période la plus longue et la plus lente de ma vie mais cela m'a permis de me conforter dans ma motivation. La natation, c'est ce qui m'a manqué le plus", confie le Marseillais, pilier de l'équipe de France.

Pour le multiple médaillé mondial, le déclic s'est fait lors des Championnats d'Europe en grand bassin, l'été dernier à Berlin, où il était consultant pour une chaîne de télévision. "Juste avant Berlin, j'ai eu un moment difficile. On se retrouve rapidement seul, on est loin de l'adversité. Et lors des Championnats d'Europe, je me suis rendu compte que la natation n'était pas devenue une routine pour moi".

Reconstruction personnelle

Bousquet a nagé sa dernière course en compétition le 21 octobre 2013 lors de l'étape de coupe du monde en petit bassin à Doha. Souffrant depuis plusieurs mois d'une douleur à l'épaule droite, il s'est finalement fait opérer en février 2014, avec ensuite 4 à 5 séances de rééducation par semaine, encore récemment.

"Je n'ai pas récupéré toute la souplesse à l'épaule mais j'ai reçu une infiltration début décembre qui a été pas mal efficace", raconte le sprinteur. Bousquet ne pouvait plus attendre pour se remettre dans le grand bain alors que les Championnats de France, sélectifs pour les Mondiaux-2015 début août à Kazan (Russie), arrivent à grands pas. Ils se tiendront du 31 mars au 5 avril à Limoges et les places seront chères en sprint, avec notamment un Florent Manaudou ultra-dominant, sur les 2 épreuves de Bousquet: le 50 m libre et le 50 m papillon.

A Courbevoie, il s'alignera d'ailleurs sur les 2 distances avec un seul petit regret: il sera seul, sans ses coéquipiers du club de Marseille, ni son coach Romain Barnier. "Finalement, c'est un bel exercice mentalement", relativise-t-il. "Je vais être anxieux avant ma course, surtout par rapport au fait de ne pas savoir quel temps je vais réaliser et où me situer. Il faudra que je prenne immédiatement du recul par rapport à mes performances. Avant tout, je suis en reconstruction personnelle", conclut Bousquet dont l'objectif est les jeux Olympiques de Rio en 2016.
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter