Le FN confirme son ancrage à Marseille

FRANCE

POLITIQUE – Avec près de 30% des suffrages à Marseille, le Front national enregistre l’un de ses meilleurs scores dans une grande ville métropolitaine. La confirmation de la percée des municipales. A l’UMP, on relativise.

Marseille aime se distinguer. Dans un contexte de victoire du Front national aux élections européennes , la plupart des grandes villes comme Paris et Lyon ont plébiscité l’UMP. Partout? Pas vraiment. À Marseille, le parti de Marine Le Pen arrive en tête. Il avoisine les 30% dans les 478 bureaux de vote, soit trois fois plus que lors du même scrutin en 2009. Un résultat à mettre certes au crédit de l’abstention (62%), mais surtout à l’effondrement du Parti socialiste.

Sur la lancée des municipales, le PS prend de nouveau une claque, Vincent Peillon ne recueillant que 12% des voix dans la cité phocéenne. Un résultat à prévoir tant les socialistes marseillais semblaient peu mobilisés pour les élections européennes. Dans son sillage, le PS entraîne d’ailleurs l’ensemble des forces de gauche et notamment les écologistes. De 16,33% en 2009, l’eurodéputée Michèle Rivasi n’obtient cette fois-ci que 9% des suffrages.

L’UMP résiste un peu

Battu au niveau de la circonscription sud-est , l’UMP Renaud Muselier sort plus ou moins la tête de l’eau à Marseille en obtenant 25% des voix, soit 5% de mieux qu’au niveau national. Un score flatteur selon le maire de la ville, Jean-Claude Gaudin, d’autant qu’avec l’UDI, "un allié fidèle", "cela nous permet d’atteindre les 30%", soulignait-il, hier, en marge d’une visite à l’entreprise Heineken de la Valentine. Soit. Mais deux ans après le coup de tonnerre des législatives, Renaud Muselier enregistre une deuxième défaite de rang dans une élection.

"Dans la vie politique, il n’y a que ceux qui ne livrent pas de combats qui ne prennent aucun risque. Il s’est bien battu, il a donc droit à notre considération, notre estime et nos remerciements", indique Jean-Claude Gaudin. Un maire prenant la mesure de la percée du Front national dans sa ville : "nous y sommes habitués. Il a toujours eu des scores très élevés selon les périodes. Sauf aux élections municipales, car il y a deux mois, nous avons gagné très largement", se rassure-t-il.
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter