Le grand débarquement

Le grand débarquement

COMMÉMORATIONS - Vendredi 6 juin, les plages de Normandie vont accueillir vingt chefs d'Etat, 12.000 policiers, militaires et gendarmes pour assurer la sécurité, cinq chefs d'Etat étoilés pour le déjeuner officiel et un million de visiteurs. À commémoration exceptionnelle, dispositif exceptionnel. Voici tout ce qu'il faut savoir sur ce D-DAY, 70 ans après.

"Le 6 juin 2014, la France accueille le monde", s'est enthousiasmé François Hollande. Obama, Poutine, Elizabeth II... Une vingtaine de chefs d'Etat et de têtes couronnées vont fouler le sol de Normandie vendredi 6 juin, lors des cérémonies de commémoration du 70e anniversaire du D-Day.

Au total, un million de visiteurs sont attendus sur les différents sites des plages du Débarquement. Une affluence hors-norme qui nécessite une sécurité de tous les instants, mais pas seulement. D'un point de vue protocolaire, il ne faudra pas faire d'impair.

La police sur les dents
"Nous préparons cet événement depuis plus d’un an, et une dizaine de policiers y travaille spécifiquement de manière permanente depuis le début de l’année", explique Philippe Trenec, directeur départemental de la sécurité publique du Calvados.

Pour assurer la sécurité des personnalités présentes et des nombreux invités, soient 9.000 personnes au total, ce sont près de 12.000 policiers, militaires ou pompiers qui sont mobilisés pour assurer la sécurité des côtes normandes. Des gendarmes motorisés escorteront les cortèges officiels. Dans les airs, des hélicoptères de la gendarmerie équipés de caméras de surveillance survoleront les 80 kilomètres de plages, classées "zones ultrasensibles".

Un déjeuner officiel tenu secret
Pour régaler ses invités, la France met les petits plats dans les grands. Le président de la République convie une centaine de convives à un déjeuner officiel au château de Bénouville, haut lieu de la Résistance situé dans le Calvados. Aux fourneaux, cinq chefs normands. Et un menu top-secret. "Nous voulons que la surprise soit totale", explique Michel Bruneau, deux étoiles au Guide Michelin. Il nous livre toutefois quelques indices : "On imagine mal une Normandie sans beurre, crème ou autres produits incontournables... Cherchez et vous allez trouver !"

Le chef, qui avait déjà cuisiné pour Bill Clinton ou Lech Walesa lors du 50e anniversaire, espère que ses convives aurons cette fois davantage de temps : "Le déjeuner n'avait duré que 35 minutes !". Mais tout ne se passera pas en salle. Dans les étages du château, plusieurs pièces ont été aménagées pour des entretiens privés entre chefs d'Etat.

Un protocole rigoureux
Alors que les Occidentaux sont en plein bras de fer avec la Russie autour de la crise ukrainienne, il convient de ne pas faire d'impair diplomatique et de placer les invités au bon endroit lors de la cérémonie internationale de Ouistreham, cet près-midi. Dans la tribune officielle, tout se passera autour de François Hollande, chef d'Etat invitant.

Selon les règles du protocole, ses homologues doivent l'entourer selon leur ancienneté de prise de fonction, à moins qu'il ne souhaite mettre à l'honneur un chef d'Etat en particulier. En 2004 lors du 60eme anniversaire, Laura Bush était placée à côté de Vladimir Poutine. Michelle Obama ne devrait pas occuper la même place cette année : le protocole est strict mais s'adapte à la situation géo-politique du moment.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages et aux vents forts : 18 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

REVIVEZ - Jim Bauer, Marghe, Mentissa Aziza et Cyprien qualifiés pour la finale de "The Voice"

Chute (incontrôlée) d’une fusée chinoise ce week-end : où va-t-elle retomber sur Terre ?

Jérusalem : plus de 230 blessés dans des heurts entre Palestiniens et police israélienne en deux jours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.