Le mari et la famille d’Anne Barbot se disputent le corps de la défunte

Le mari et la famille d’Anne Barbot se disputent le corps de la défunte

DirectLCI
FAITS DIVERS – Mis en examen pour avoir assassiné son épouse avec l’aide de sa maîtresse, en mars 2013, à Vritz, Didier Barbot a refusé à sa belle-famille que la défunte soit déplacée dans un autre caveau que le sien. Celle-ci l’a assigné vendredi devant le tribunal de grande instance de Nantes.

Comme l’avait annoncé Ouest-France , la famille d’Anne Barbot a assigné ce vendredi son mari devant le tribunal de grande instance de Nantes. Didier Barbot - mis en examen en novembre 2013 pour avoir tué son épouse avec l’aide de sa maîtresse, huit mois plus tôt, à Vritz (Loire-Atlantique) - avait en effet refusé que le corps de sa femme soit déplacé dans un caveau au cimetière du Louroux-Béconnais (Maine-et-Loire), où repose sa famille, et non plus dans le sien.

L'assignation vise aussi à transférer le corps de leur fille Félicie, morte à sa naissance il y a sept ans, qui repose avec sa mère. "Anne est ma femme, Félicie est ma fille, je souhaite les rejoindre quand le moment sera venu", avait répondu Didier Barbot à sa belle-famille, dans un courrier en février.

Une "attitude extrêmement cynique"

"Compte-tenu des circonstances, la volonté de la défunte n'était certainement pas d'être enterrée avec son époux", rétorque Louis-René Penneau, avocat de la mère de la victime et de l'une de ses deux sœurs. "Didier Barbot a une attitude extrêmement cynique, qui n'est absolument pas respectueuse des victimes", poursuit l'avocat. "Manifestement, il a l'intention de se comporter en maître des destinées des uns et des autres."

Pour rappel, Anne Barbot avait été retrouvée brûlée dans le coffre de sa voiture, en mars 2013, dans une forêt. La disparition de la caissière du Super U de Candé (Maine-et-Loire) avait été signalée deux semaines plus tôt par son mari, qui avait alerté les médias et organisé des marches pour retrouver son épouse. Huit mois plus tard, l’agriculteur de Vritz avait finalement avoué avoir assommé sa femme à l’aide d’une bûche dans leur garage, après que sa maîtresse ait coupé sciemment l’électricité... Cette dernière avait alors étranglé Anne Barbot à l’aide d’une corde agricole.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter