Le MuCEM se chauffe à l'eau de mer

Le MuCEM se chauffe à l'eau de mer

DirectLCI
TECHNOLOGIE - A Marseille, le Mucem est climatisé à l'aide de l'eau de mer. Système innovant et encore rarement utilisé en France. Visite tempérée dans les coulisses du musée.

Pourquoi se priver d’une telle ressource ?Ainsi, au MuCEM , c’est l’eau de mer qui alimente la climatisation et le chauffage grâce à un système tout à fait innovant. La bruyante salle des machines se trouve dans l’enceinte du musée, à près de 4 mètres sous le niveau de l’eau. Une installation idéale estime Vanessa Hen du département exploitation, puisqu’elle ne "dénature pas l’esthétique du bâtiment".

"Attention à votre tête" prévient un ouvrier de maintenance. Dans la pièce c’est effectivement un dédale de tuyaux, vannes, moteurs et systèmes de contrôles. C’est pourtant une installation "compacte" indique l’ingénieur d’exploitation Hervé Jaron. Très simplement, l’eau salée arrive à deux "thermo-frigo-pompes, d’un mégawatt chacune. Elles sont chargées de produire au besoin du chaud ou du froid" explique le père de ces machines, Fabrice Denninger, directeur du groupe Carier.

Environ 25 % d’économies

Avec deux mégawatt, ces machines produisent même plus que la consommation du bâtiment qui est d’ 1,4 MW. L’excédent alimente ainsi la villa méditerranée voisine. Au final le surplus de chaleur ou de froid est évacué dans la mer, 10 mètres après la digue du large. Quelles répercutions écologiques ? "Aucune" assure Hervé Jaron : "on peut même partir sur le principe que l’eau ressortant est plus propre qu’à son arrivée puisqu’elle est filtré".

Le système, chiffré à "2,9 millions d’euros" permet une économie d’énergie : "environ 25 % par rapport à un système traditionnel de climatisation/chauffage" estime l’ingénieur d’exploitation Hervé Jaron. Le MuCEM étant encore dans sa première année d’exploitation, il est hélas trop tôt, nous dit-on, pour obtenir un bilan chiffré.
 

Plus d'articles

Lire et commenter