Le Musée de l'Affiche de Toulouse prépare sa métamorphose

Le Musée de l'Affiche de Toulouse prépare sa métamorphose

DirectLCI
TRAVAUX – Le MATOU fermera ses portes ce soir, à l'issue d'une soirée de dévernissage, pour un an de travaux. Au programme: l'agrandissement de la salle d'exposition et la restauration de quelques-uns des 180.000 documents de la collection.

Ce n'est qu'un au revoir. Le Musée de l'Affiche de Toulouse (Matou), anciennement "centre de l'affiche", convie ce vendredi soir les Toulousains au dévernissage de l'exposition "Petite(s) histoire(s)" de Christine Cabirol avant de fermer ses portes pour un an de travaux. Le MATOU va en effet pousser ses murs: la salle d'exposition va passer de 55 à 90 m².

"Les travaux à proprement parler commenceront cet été, indique Sonia Gaja, la responsable du musée. Avant cela, nous allons notamment devoir organiser le déménagement de nos bureaux ainsi que des collections." Au total, ce ne sont pas moins de 180.000 documents qu'il va falloir parfois restaurer puis conditionnés avant de les transporter "dans un lieu tenu secret", où ils resteront le temps des travaux.

Quatorze tirages originaux de Toulouse-Lautrec

Car ce sont de vrais petits trésors qu'il faut protéger. "L'affiche la plus ancienne de notre collection date du XVIIe siècle. Il s'agit de textes de loi, indique Sonia Gaja. L'affiche illustrée, en couleur, est apparue au milieu du XIXe siècle, avec la création des cabarets parisiens comme le Moulin Rouge, L'Elysée Montmartre…" Le MATOU conserve notamment quatorze tirages originaux de Toulouse-Lautrec.

"Puis les marques se sont emparées du phénomène, poursuit Sonia Gaja. On trouvait alors de la publicité partout!" Buvards et protège-cahiers, emballages de savon, d'allumettes, de fromage, de lames de rasoir… "Même les factures d'eau et d'électricité étaient illustrées!", note la responsable du musée. Une richesse iconographique exceptionnelle, précieusement conservée par le Matou qui ne cesse par ailleurs d'enrichir ses collections au gré des dons, des collectes et des ventes aux enchères.

L'extension du musée devenait donc presque inévitable. "Nous aurons désormais beaucoup plus de possibilités de scénographie", souligne Sonia Gaja. Rendez-vous en 2016 pour découvrir les nouvelles expositions.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter