Le night-club du Ramier entre la vie et la mort ?

Le night-club du Ramier entre la vie et la mort ?

DirectLCI
VIE NOCTURNE - Alors que la municipalité se montre peu favorable à une reconstruction du complexe, le patron de l’établissement entend se battre jusqu’au bout pour poursuivre son activité.

Un mois et demi après l’incendie criminel qui a ravagé une partie du complexe Le Ramier, l’enquête pour retrouver les auteurs du sinistre avance, à en croire le patron de la discothèque toulousaine Jean-Jacques Lasserre. "Certains contacts nous ont donné des indices supplémentaires, mais nous n’avons encore aucun nom, explique l’homme de la nuit, qui avait promis une prime à quiconque fournirait des informations. Cela confirme en tout cas les soupçons que nous pouvions avoir…"

En attendant, un autre sujet le préoccupe : la reconstruction du complexe, qui ne semble pas avoir les faveurs de la municipalité, propriétaire des murs. Lors de ses vœux à la presse, vendredi, Pierre Cohen s’est en effet montré peu enclin à donner son feu vert pour voir la discothèque renaître de ses cendres sur cet îlot, "futur poumon vert de Toulouse". Selon le maire, il serait "impossible de reconstruire à l’identique et d’en faire un lieu de nuit comme avant", ajoutant qu’"il n’est pas certain que le PLU le permette".

500 000 euros de travaux

Des arguments qui sont loin de convaincre Jean-Jacques Lasserre : "Nous sommes situés complètement à l’entrée du Ramier, il n’y aurait donc aucune nuisance dans la zone verte". "Si la municipalité n’est pas favorable à la reconstruction, c’est aussi parce qu’elle pense que la discothèque a été entièrement détruite, mais c’est faux !", poursuit le patron du night-club. "La salle basse et la salle haute n’ont pas été touchées. Seul le toit de la salle 1 a brûlé." S’il attend encore la visite de l’expert, Jean-Jacques Lasserre estime les travaux à hauteur de 500 000 euros.

Dans le meilleur des cas, il pense même pouvoir rouvrir les portes de son complexe en "octobre ou novembre prochain". Le patron de la boîte de nuit tient à rappeler que "Le Ramier est la seule boîte de nuit du centre-ville facilement accessible en métro, en tram ou à pied, sans danger pour la population étudiante". Et d’affirmer qu’il se battra jusqu’au bout pour pouvoir poursuivre son activité.

Plus d'articles