"Le Nord-Pas-de-Calais a les atouts pour retenir ses diplômés"

FRANCE
ATTRACTIVITE - Tandis qu'une étude de l'Insee évoque une fuite des jeunes diplomés du Nord Pas-de-Calais, Luc Doublet, président de la CCI internationale Nord de France et de Lille’s Agency (agence de promotion internationale), nuance ce constat et dresse les atouts et les défis d'un territoire plein d'avenir au cœur de l'Europe du Nord.

Président du volet international de la Chambre de commerce et de l'industrie Nord de France , le chef d'entreprise Luc Doublet n'est pas du genre à s'apitoyer même quand on lui présente l'étude récente de l'Insee qui met en lumière que la région a du mal à retenir ses jeunes diplômés. Quelque 35 % d'entre eux partent travailler, en effet, ailleurs (Île-de-France, Picardie, Rhône-Alpes ou Paca). 

"Notre région attire les étudiants car nous avons de bonnes écoles. Il est normal qu'après leurs formations, les jeunes retournent dans leur région d'origine ou soient attirés par la proximité de Paris, clame le chef d'entreprise. Toutefois, selon lui, le Nord Pas-de-Calais a "les atouts pour retenir ses diplômés". Pour cela, il faut des emplois, des atouts et des perspectives d'avenir, ce dont ne manque pas la région, qui va s'élargir bientôt à la Picardie.

Au cœur de 78 millions d'habitants

"Avant la chute du mur de Berlin, la région était classée dans un secteur de défense sensible et elle n'a pas pu bénéficier des investissements similaires à d'autres territoires, rappelle Luc Doublet. Aujourd'hui, Lille est au centre du bassin de consommation le plus riche du monde, après Tokyo (78 millions d'habitants sur un périmètre de 300 km, ndlr). Nous devons devenir le sud de l'Europe du Nord et nommer tous nos équipements et zones de développement avec une connotation internationale ou lilloise, afin de mieux rayonner."

Tout en proposant le nom de Flandre-Picardie pour la nouvelle entité régionale, Luc Doublet livre ses pistes d'avenir : "Nous devons mieux favoriser notre littoral, en faisant de Dunkerque un port de Lille ouvert sur le monde, glisse-t-il. Il faut aussi désengorger la métropole en créant des routes de contournement ou de délestage".

Quant à la mauvaise réputation du climat, le président de la CCI Nord de France la balaie d'un revers de main : "Il fait meilleur ici qu'à Londres, Amsterdam ou Bruxelles. Ici, le temps est tempéré, plus doux qu'ailleurs en France et surtout, l'ambiance y est beaucoup plus joyeuse et conviviale."

Lire et commenter