Le "paddock polo" en voie de démocratisation à Toulouse

Le "paddock polo" en voie de démocratisation à Toulouse

DirectLCI
SPORT – Cette variante du polo compte de plus en plus d’adeptes dans la Ville rose. La mise à disposition par la mairie d’un terrain dédié, qui doit être débattue vendredi lors du conseil municipal, pourrait encore participer au développement de cette discipline.

Le polo, un sport de riches ? Si ce fut longtemps le cas, la discipline semble sortir tout doucement de son image élitiste, notamment à Toulouse où, à côté des deux clubs "de propriétaires", Polo 31 et Capitole Polo, on trouve désormais des "polo clubs", destinés aux ados et jeunes adultes, au sein des clubs hippiques de Pech David, Pibrac et Gragnague.

Au total, ce sont ainsi près d’une centaine d’amateurs qui pratiquent régulièrement le "paddock-polo" à Toulouse, une variante du polo qui se veut moins coûteuse. "Alors que le polo se joue sur un terrain assez grand, à 4 contre 4 et sur des périodes assez longues, ce qui nécessite plusieurs chevaux par joueur, le paddock polo se joue sur un terrain plus petit, à trois contre trois et sur des périodes plus courtes", indique Jean-Daniel Leroy, de Polo 31.

Manque d’infrastructures

Si le prix de l’équipement (selle, bottes, gants…) n’en demeure pas moins élevé, ce serait surtout aujourd’hui le manque d’infrastructures qui empêcherait véritablement la discipline de se développer. "Nous n’avons pas de terrain ici donc nous devons nous contenter d’une petite surface pour les entraînements, et pour les tournois, nous allons à Gragnague", explique Pierre Rivière, gérant du club hippique de Pibrac.

De leur côté, les joueurs de Polo 31 se sont rabattus sur les installations de la Cépière, qu’ils utilisent pour les entraînements et tournois en fonction des disponibilités et de la praticabilité du terrain. "Il serait plus simple de pouvoir avoir un terrain dédié et entretenu selon les critères du polo, explique Jean-Daniel Leroy. Cela nous permettrait par ailleurs d’organiser plus de tournois, de faire venir des équipes étrangères et donc d’aider à désacraliser la discipline."

Coup de pouce de la Ville

Aussi, lorsque le projet d’aménagement d’un terrain de golf à Ginestous est ressorti des cartons de la municipalité, les poloïstes ont saisi l’occasion. "L’idée d’aménager un terrain de polo à côté est venu d’eux, confirme Olivier Arsac, maire de quartier de Ginestous. Comme le golf, c’est un sport en voie de démocratisation. Il y a donc une cohérence, d’autant que cela va permettre de redynamiser le club hippique municipal, qui se trouve à proximité."

La mise à disposition d’un terrain municipal pour le polo doit être débattue vendredi, lors du conseil municipal. A charge ensuite pour le futur gestionnaire du terrain de polo de réfléchir à un projet en cohérence avec celui de la Fédération française de golf qui, dans un souci de démocratisation de sa discipline, s’est engagée à proposer des abonnements plus abordables ou encore des projets à destination des scolaires.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter