Le plus grand campement de Roms de Marseille fermé

FRANCE
SOCIAL – Près d’un an après l’arrivée de 400 personnes sur un terrain du quartier de Saint-Jean du Désert dans le 12ème arrondissement de Marseille, la préfecture a fait procéder mercredi matin à la fermeture du campement.

C’était une question de temps. Comme convenu, la préfecture a fait évacuer mercredi matin le camp de Roms sur le site de Saint-Jean du Désert. Propriétaire du terrain, la communauté urbaine de Marseille avait obtenu en octobre 2012 une décision de justice en sa faveur pour récupérer le terrain. Pour des raisons sanitaires, le préfet avait retardé cette échéance cet hiver, mais il a été contraint d’appliquer la décision de justice.

En un an, près de 400 personnes s’étaient installées sur ce site, la plupart venant du campement de la Capelette dans le même arrondissement. Prévenues de l’évacuation programmée du campement, les familles sont parties avant l’arrivée des policiers tôt le matin. Une vingtaine de Roms étaient toutefois encore présents. Des engins de déblaiement doivent procéder dans la matinée à la destruction des baraques de fortune.

300 personnes dans la nature

Dans un communiqué, la préfecture indique que cette évacuation s’effectue "en application de la circulaire interministérielle du 26 août 2012, qui prescrit la mise en œuvre d’un travail de diagnostic et d’accompagnement social préparatoire à la mise en œuvre de la décision d’expulsion".

A l’issue d’un diagnostic, 18 familles se sont engagées "dans une démarche d’insertion professionnelle et pourront bénéficier d’un dispositif d’accès au logement et d’un accompagnement sur le long terme", poursuit la préfecture. Une démarche saluée par la plupart des associations d’aide aux Roms. "Mais il reste 300 personnes dans la nature et sans solution", indique Jean-Paul Kopp, président de Rencontres Tsiganes.
 

Lire et commenter