Le précis anti-radicalisation de l’académie de Poitiers fait polémique

Le précis anti-radicalisation de l’académie de Poitiers fait polémique

CONTROVERSE - Une circulaire de l’académie de Poitiers embarrasse, depuis plusieurs jours, l’Education nationale. Révélé par Mediapart, le document, qui vise à aider les enseignants à détecter les élèves en phase de radicalisation religieuse, est taxé de "maladroit" voire de "raciste" par ses détracteurs.

Ce devait être un document pédagogique. C’est finalement devenu un objet de polémique. Depuis sa publication vendredi par le site Mediapart , une circulaire du rectorat de l'académie de Poitiers intitulée "Prévenir la radicalisation en milieu scolaire" est sous le feu des critiques. A tel point que la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a elle-même dû endosser le costume de pompier. Interrogée sur France 3 dimanche, elle a tenté de minimiser l’impact du document, évoquant "une démarche isolée […] faite dans cette académie […], sans doute perfectible, c'est incontestable”.

Clichés et raccourcis

Qu’est-il reproché au document ? Sur 14 pages, le document très officiel, envoyé par courriel aux chefs d’établissement de la Vienne – et à terme à ceux de l’ensemble de l’académie, souligne Mediapart –, vise à aider les enseignants à détecter les élèves en pleine radicalisation religieuse. Problème : selon les syndicats, le contenu relève au mieux d’une "maladresse", au pire du "racisme", seul l'islam étant évoqué.

Dans le document, les enseignants sont appelés à prendre en compte plusieurs critères pour détecter une possible radicalisation. Parmi ces critères, une "barbe longue non taillée (moustache rasée)", des "cheveux rasés", un "habillement musulman", le "refus du tatouage" ou encore une "perte de poids liée à des jeûnes fréquents".

LIRE AUSSI >> Le document de l'académie de Poitiers hébergé sur le site du Monde.fr

Au rectorat de Poitiers, le silence est de rigueur. La communication "a été prise [en main] par le ministère de l’Education nationale qui devrait communiquer sur le sujet incessamment sous peu", explique au Monde l'entourage du recteur.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire, comment en sommes-nous arrivés là ?

Isolement des patients Covid : "Il faut arrêter de contraindre les libertés", estime le Pr Juvin

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

VIDÉO - "Ça va... plus ou moins" : miraculé, Romain Grosjean donne de ses nouvelles

Producteur tabassé : le policier soupçonné d'avoir lancé la grenade lacrymogène placé sous contrôle judiciaire

Lire et commenter